[Science Daily] Les jeunes hommes gay et bisexuels ont six fois plus de risque suicidaire que leurs homologues plus âgés

20 juin 2016
Dossiers : , ,
Les jeunes hommes gays et bisexuels sont à risque significativement plus élevé de mauvaise santé mentale que les hommes âgés de ce groupe, selon une nouvelle étude, qui est la première à examiner les différences de santé mentale dans les hommes gais et bisexuels au Royaume-Uni.

[Recherche clinique] Les antidepresseurs ont un impact négatif sur l’attachement amoureux

19 novembre 2014
Dossiers : , , , , ,
Source : Journal International de Médecine Depuis plusieurs années, l’usage des antidépresseurs (et en particulier celui des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ISRS) a augmenté, au point qu’ils représentent désormais « l’un des types de médicaments les plus prescrits », rappellent les auteurs d’une étude réalisée à l’Université de Pise (Italie) sur
Lire la suite

[Journal International de Médecine] Conséquences de la dépression sur la sexualité

13 août 2014
Dossiers : , , , , ,
Une équipe polonaise s’est penchée sur la sexualité des sujets souffrant d’un trouble affectif. Les femmes rapportent principalement : - des besoins sexuels diminués (61,5 %), - des orgasmes rares (49 %) ou absents (34 %), - une lubrification vaginale anormale (37 %), - et une absence de plaisir sexuel (33 %). Deux tiers des hommes font état d’au moins un problème dans leur vie sexuelle, principalement : - dysfonction érectile, - éjaculation retardée, - lenteur de l’orgasme.

[Univadis] 29% de troubles de la sexualité après un AVC

30 juillet 2014
Dossiers : , , , ,
Des différences significatives entre les patients et ceux qui ne se plaignaient pas de leur sexualité ont été constatées à la fois sur les plans moteur et psychologique. Ils présentaient initialement davantage de lésions cérébrales gauches (70 % versus 30 % ; p < 0,001) et, sur le plan psychologique, avaient des scores plus élevés sur l’échelle HADS – Hospital Anxiety and DepressionScale– (19,7 versus 11,2 ; p < 0,001), d’anxiété (10,0 versus 6,3 ; p < 0,001) et de dépression (8,7 versus 4,8 ; p < 0,001).