[Cours] Les dyspareunies masculines

12 octobre 2013
Dossiers :
Les dyspareunies sont des douleurs pendant les rapports sexuels. Elles sont en général plus souvent rapportées chez la femme mais elles surviennent parfois chez l'homme. Les dyspareunies masculines regroupent aussi bien les douleurs ressenties par l’homme que les douleurs causées chez la femme (ou le partenaire) à cause de l’homme lors des rapports sexuels. Elles peuvent soit survenir durant le rapport sexuel, soit au moment de l’éjaculation.

[Cours] Les troubles de l’éjaculation

11 octobre 2013
Dossiers : , , , ,
L’homme est naturellement programmé pour éjaculer rapidement, mais avec la maîtrise sexuelle et l’expérience, il peut « durer » plus longtemps. 1% des hommes éjaculent avant la pénétration (éjaculation prématurée) et, à l’opposé, 2% mettent tellement longtemps à venir qu’ils n’éjaculent jamais (anéjaculation). 
La majorité des éjaculateurs précoces atteignent l’orgasme en moins d’une minute, voire moins de 30 secondes. Pour les hommes qui ne souffrent pas de troubles de l’éjaculation, l’orgasme est atteint en 2 à 5 minutes après la pénétration et 8% durent 8 à 10 minutes ou plus avant d’atteindre l’orgasme.


[Cours] Les facteurs psychologiques de la dysfonction érectile

11 octobre 2013
Dossiers :
L’homme a ce caractère d’être toujours dans l’action et de quantifier les choses. Déjà enfant, le petit garçon mesure la taille de son pénis et le compare par rapport à celui de ses copains, dans la cour de l’école. Une fois adulte, l’homme quantifie ses rapports sexuels, notamment autour d’un verre de bière, entouré d’autres hommes. De plus, l’homme visualise son désir, il voit son érection, et il s’agit-là de quelque chose d’extériorisé que l’on ne retrouve pas chez la femme. De ce fait, l’homme est face à deux problématiques : celle de tenir, de réussir à maintenir un pénis suffisamment rigide pour avoir des rapports sexuels ; celui de se retenir à ne pas éjaculer trop vite.

[Cours] La dysfonction érectile

11 octobre 2013
Dossiers :
La dysfonction érectile ou impuissance est une incapacité persistante ou récurrente à obtenir ou à maintenir une érection permettant un rapport sexuel satisfaisant évoluant depuis au moins 3 mois (à la différence de la "panne" sexuelle), induisant une souffrance du patient ou du couple. Le diagnostic se fait sur l'interrogatoire.

[Cours] Les troubles de l’orgasme chez l’homme

11 octobre 2013
Pendant les secousses cloniques accompagnant l'éjaculation, l'homme ressent des sensations agréables. Ces sensations voluptueuses portent le nom d'orgasme. Les secousses cloniques à la fréquence de 0,8 secondes sont accompagnées de décharges d'ocytocine, qui est l'hormone liée à l'attachement. L'orgasme à une qualité, une intensité et une durée très variable selon les individus d'une part, et chez le même individu, d'une expérience à l'autre d'autre part.

[Cours] Les troubles du désir masculin

11 octobre 2013
Le désir sexuel est une des manifestations du comportement au même titre que la soif, la faim ou le sommeil. Il est le produit d’une interaction complexe entre des processus cognitifs et psychologiques et des mécanismes neurophysiologiques et biochimiques.

[Cours] Les troubles du désir chez l’homme vieillissant

11 octobre 2013
Dossiers : ,
Le diagnostic de déficit androgenique lié à l'âge nécessite la présence de symptômes et de signes suggérant un déficit en testostérone (hypogonadisme) dont le plus marqué est le manque de libido. Les autres points qu'on peut retrouver sont la dysfonction érectile, la diminution de la masse musculaire et de la force, augmentation de la masse grasse, ostéoporose, humeur dépressive, diminution de la densité osseuse et diminution de la vitalité bien qu'aucun de ces symptômes ne soit significatif. Un ou plusieurs de ces symptômes doivent être corroborés avec une concentration basse de testostérone.

 
Télécharger ce cours en PDFCliquez ici
+ +