La violence conjugale durant la grossesse peut avoir des effets indésirables sur le nouveau-né

Publié le 29 mars 2016 dans la catégorie Revue de la littérature

Dossiers : ,
Publicité

Source : Univadis

La violence conjugale durant la grossesse augmente le risque d’effets indésirables pour l’enfant à naître, tels qu’une naissance avant terme, un faible poids de naissance et un enfant petit pour l’âge gestationnel, selon une méta-analyse internationale publiée dans la revue scientifique « BJOG: An International Journal of Obstetrics and Gynaecology » 1.

Les chercheurs de l’Université de l’Iowa ont analysé les résultats de 50 études comportant des données provenant de plus de 5 millions de femmes dans 17 pays, dont 15 000 avaient été victimes de violence conjugale.

Deux fois plus de risque d’accouchement prématuré

Ils ont découvert que la violence conjugale exercée par un partenaire ou un ancien partenaire doublait le risque de naissance avant terme et de faible poids de naissance. Le risque était encore augmenté pour les femmes victimes de deux types de violence conjugale ou plus durant leur grossesse. Les études observant l’effet de la violence conjugale sur le risque d’un enfant né petit pour l’âge gestationnel étaient moins nombreuses ; cependant, les résultats ont indiqué une légère augmentation du risque.

Des conséquences à long terme pour la mère et l’enfant

La violence conjugale exercée par un partenaire ou un ancien partenaire peut directement affecter le développement du fœtus, par le biais de traumatismes physiques ou sexuels, ou indirectement à cause de l’augmentation du stress maternel, d’une nutrition inadéquate et de mauvais soins prénataux, ont insisté les chercheurs. « La violence conjugale durant la grossesse peut être fatale ou avoir des conséquences à long terme pour la mère comme pour l’enfant » déclare le chercheur principal, Audrey Saftlas. Les professionnels de la santé doivent donc être formés pour reconnaître les signes de violence conjugale et d’abus, et pour savoir comment réagir et vers qui orienter les femmes, afin de garantir leur survie, rajoute Saftlas.

Notes:

  1. Donovan B, Spracklen C, Schweizer M, Ryckman K, Saftlas A. Intimate partner violence during pregnancy and the risk for adverse infant outcomes: a systematic review and meta-analysis. BJOG: Int J Obstet Gy. 1 mars 2016