Vasalgel, un contraceptif masculin de longue durée

Publié le 7 avril 2016 dans la catégorie Recherche fondamentale

Dossiers : , , ,
Publicité

Source : Futura-sciences

La fondation Parsemus, aux États-Unis, a développé Vasalgel, un polymère de haut poids moléculaire qui contient de l’acide maléique-styrène (acide SMA). Le principe est de bloquer le canal déférent avec cet hydrogel qui laisse passer les fluides mais pas les spermatozoïdes. L’hydrogel adhère au tissu, emplit la lumière du canal et agit comme une barrière mécanique. Son action est présentée comme réversible.

Testé sur des lapins, Vasalgel s’est révélé efficace jusqu’à 12 mois après son injection dans le canal déférent. Cette technique prometteuse de contrôle de la fertilité masculine, qui bloque mécaniquement le passage des spermatozoïdes, pourrait être commercialisé dans deux ans.

Chaque année, dans le monde, surviendraient environ 85 millions de grossesses non désirées, la moitié donnant lieu à un avortement. Même si des méthodes de contraception existent, elles peuvent échouer pour différentes raisons : manque d’accessibilité aux médicaments, effets secondaires indésirables poussant les couples à chercher d’autres solutions… Chez l’homme, les principaux moyens de contraception existants sont le préservatif et la vasectomie, seule solution efficace à long terme.

Mais la vasectomie présente un inconvénient : l’opération est quasiment irréversible. C’est pourquoi il existe aujourd’hui une demande pour une contraception masculine efficace et non hormonale. Une des cibles est le canal déférent qui transporte les spermatozoïdes de l’épididyme vers le canal éjaculateur.

Un contraceptif efficace à long terme, réversible et sans hormones

Lors d’une étude décrite dans la revue Basic and Clinical Andrology, les chercheurs ont mesuré l’efficacité contraceptive du gel, à deux concentrations. 15 lapins mâles ont reçu une injection bilatérale de Vasalgel à différentes doses. 3 sont décédés. Sur les 12 lapins restants, 11 n’avaient plus de spermatozoïdes dans leur sperme peu de temps après l’injection (azoospermie). Le douzième avait un peu de spermatozoïdes (oligospermie) avant d’être finalement considéré plus tard comme « azoospermique », l’azoospermie était constatée dans les échantillons 29 à 36 jours après l’implantation, et a duré sur 12 mois.

Les deux concentrations testées ont efficacement empêché le passage des spermatozoïdes. L’injection du gel dans le canal déférent est rapide et simple, et les essais sur l’animal montrent que l’effet est de longue durée. Comme l’explique Donald Waller, de l’université de l’Illinois (Chicago), qui a dirigé ces travaux : « Les résultats de notre étude chez les lapins étaient encore meilleurs que prévu. Vasalgel produit un effet contraceptif très rapide qui a duré tout au long de l’étude en raison de ses excellentes propriétés d’hydrogel ».

Les essais cliniques chez l’homme devraient commencer en 2016, d’après la fondation. Si tout se passe bien, le gel pourrait être commercialisé en 2018. Même s’il ne protège pas des MST, il offrirait d’autres possibilités de contrôle des naissances. La fondation souhaite le proposer à un prix abordable pour le plus grand nombre.