La syphilis gagne du terrain

Publié le 14 mai 2014 dans la catégorie Actualités

Dossiers : ,
Publicité
Treponema pallidum, la bactérie responsable de la syphilis

Source : Le Figaro, endoscoop

Le Figaro indique en effet qu’« une étude américaine confirme le retour de cette infection sexuellement transmissible dans les pays occidentaux », précisant que « la France n’est pas épargnée ».
Le journal note ainsi que « le nombre de cas de syphilis, une infection sexuellement transmissible qui avait presque disparu, a doublé aux États-Unis entre 2005 et 2013, pour atteindre plus de 16.000 personnes touchées », selon cette étude du centre de contrôle des maladies (CDC).

Le quotidien relève que « ces résultats confirment une tendance à la hausse inquiétante, également observée en France ces dernières années », et explique que « si les politiques de santé publique ont produit des résultats pour enrayer la circulation de la maladie chez les femmes et les hommes hétérosexuels, elles se sont avérées inefficaces chez les homosexuels et bisexuels masculins, qui représentent 75% des cas ».

Gail Bolan, directrice du département des infections sexuellement transmissibles au CDC, a déclaré : « Nous devons réévaluer notre approche de la prévention de la maladie pour faire baisser ces chiffres ».

Le Figaro rappelle qu’« en France, la syphilis a été retirée en 2000 de la liste des maladies à déclaration obligatoire au regard du faible nombre de nouveaux cas (37). Mais depuis, l’IST, en nette progression (857 nouveaux cas en 2012), inquiète les pouvoirs publics à tel point qu’en avril 2013, Jean-Noël Guérini, sénateur PS des Bouches-du-Rhône, avait alerté la ministre de la Santé Marisol Touraine sur cette recrudescence ».

Le quotidien observe que « selon les chiffres de l’InVS, si le nombre de nouveaux cas se stabilise ou diminue pour les femmes et les hommes hétérosexuels, il est en nette progression pour les hommes homosexuels, qui représentent 83% des cas. La prévention, coordonnée avec celle contre le VIH que l’on retrouve en co-infection chez les malades de la syphilis dans un tiers des cas, tarde à porter ses fruits ».