Le SIDA en pleine expansion en Europe de l’Est

Publié le 22 mars 2016 dans la catégorie International

Dossiers : ,
Publicité

Source : La Croix

C’est en Russie, à Moscou, que doit se tenir, du 23 au 25 mars, la cinquième conférence sur le SIDA en Europe de l’Est et en Asie centrale. Cette région est encore l’une des seules au monde où l’épidémie continue d’avancer, notamment en Russie et en Ukraine, où se concentrent 85% des cas de séropositivité .

Un choix qui ne fait pas l’unanimité

Des ONG écrivent dans une lettre ouverte, adressée en octobre à l’Onusida, co-organisateur de la conférence, que « cette conférence ne devrait pas se tenir dans un pays où les lois combattent tout ce qui doit être fait pour lutter contre le VIH avec humanité et efficacité ».

Ces ONG déplorent que les usagers de drogues prenant des traitements de substitution ne puissent participer à la conférence, ces traitements étant interdits en Russie.
Le patron de l’Onusida, Michel Sidibé, a répondu qu’aucun sujet ne serait évité lors de la conférence.

L’épidémie de SIDA au cœur des grandes conférences internationales

Cela fait maintenant plusieurs années que l’épidémie en Europe de l’Est est au cœur des grandes conférences internationales sur le sida. Avec des prises de position où il est autant question de médecine que de politique ou de droits de l’homme. Sur un plan épidémiologique, la situation n’a pourtant rien de comparable avec ce qui se passe sur le continent africain. Fin 2014, 25 millions de personnes vivaient avec le VIH en Afrique subsaharienne, contre 1,5 million de personnes en Europe de l’Est et en Asie centrale.
Mais en Afrique, la dynamique de l’épidémie est à la baisse puisque les nouvelles infections ont chuté de 41% entre 2000 et 2014, alors qu’en Europe de l’Est, le VIH ne cesse de flamber avec une hausse de 30% des nouvelles infections sur la même période.

Les militants anti-sida enragent, car cette épidémie aurait pu être enrayée très tôt. Dans la région, le VIH a commencé à se propager à la fin des années 1980, principalement chez les usagers de drogues.

Fred Bladou, de l’association Aides, remarque que « la Russie a toujours refusé ces solutions pour appliquer une politique ultra-sécuritaire de pénalisation des usagers de drogue ».

La Croix publie en outre un reportage à Saint-Pétersbourg, en Russie, où « l’épidémie de sida s’emballe ». Le journal constate en effet que « longtemps cantonné aux usagers de drogues, le VIH connaît une progression record en Russie, faute de réelle prévention ».
Le quotidien précise : « Deuxième ville du pays, Saint-Pétersbourg compte officiellement 60.000 personnes infectées, un bilan sans doute très inférieur à la réalité puisque les spécialistes estiment que 50% seulement des Russes concernés connaissent leur statut ».