Qu’est-ce qu’un fantasme sexuel inhabituel ?

Publié le 13 juin 2015 dans la catégorie Recherche clinique

Dossiers : ,
Publicité

Qu’est-ce qu’un fantasme sexuel inhabituel ? Des chercheurs du département de psychologie de l’université du Québec, à Trois-Rivières, ont tenté de répondre à cette question dans une étude scientifique publiée dans The Journal of Sexual Medicine 1.

Introduction

Bien que plusieurs théories utilisent les fantasmes sexuels inhabituels comme moyen d’identifier les personnalités déviantes, elles décrivent rarement comment définir les fantasmes comme inhabituels.

Objectif

L’objectif principal de cette étude était de déterminer quels fantasmes sexuels sont rares, inhabituels, communs, ou typiques d’un point de vue statistique dans une proportion relativement vaste d’adultes recrutés dans la population générale. Un objectif secondaire était de fournir une comparaison statistique de la nature et l’intensité des fantasmes sexuels pour les hommes et les femmes. Cette étude vise également à démontrer à la fois quantitativement et qualitativement l’analyse que certains fantasmes souvent considérés comme inhabituels sont communs.

Méthodes

Un sondage Internet a été menée avec 1516 adultes (799 ♂ et 717  ♀;) qui ont classé 55 fantasmes sexuels différent et écrit leur propre fantasme sexuel favori. Chaque fantasme sexuel a été jugée statistiquement rare (2,3% ou moins), original (15,9% ou moins), fréquent (plus de 50%), ou typique (plus de 84,1% de l’échantillon).

Principales mesures des résultats

Une version étendue du Wilson’s Sex Fantasy Questionnaire avec une question ouverte a été utilisée.

Résultats

Seulement 2 fantasmes sur 55 (zoophilie et pédophilie) sont jugés statistiquement rares et mentionnés par 2,3 % ou moins des participants. Neuf sont jugés inhabituels et sont mentionnés par 15,9%, ou moins, des participants aussi bien chez les femmes que chez les hommes : uriner sur son partenaire, porter des vêtements du sexe opposé, forcer une personne à avoir des rapports sexuels, fréquenter des prostituées, faire l’amour avec un homme (pour les hommes)…

Parmi les fantasmes les plus fréquents, le fait d’éprouver des émotions « romantiques » pendant l’acte (numéro un chez les femmes) revient très fréquemment. Le contexte, l’atmosphère, est aussi un désir capital pour les femmes, de même que le lieu, si possible romantique (une plage abandonnée…).

Du côté des hommes, les fantasmes sont plus triviaux : sexe oral, relations avec deux femmes (ou plus), avec une personne autre que son épouse, regarder deux femmes faire l’amour… Voilà pour les lieux communs.

Il est plus surprenant de constater l’intérêt des hommes pour la soumission sexuelle (être dominé pendant l’acte sexuel). Ils sont plus de 53 % à fantasmer sur le sujet, à contre courant de l’image de virilité masculine. Les femmes y sont également très sensibles (64,6 %). 52 % d’entre elles imaginent même être attachées pendant les rapports sexuels.

Par ailleurs, les individus mentionnant ce type de fantasme sont aussi ceux qui ont le plus d’appétits pour les fantasmes sexuels en général, sans pour autant qu’il y ait une volonté de passer à l’acte.

Conclusion

Cela suggère, en accord avec d’autres études sur le sujet, que l’attrait pour la soumission sexuelle (ou la domination) en tant que fantasme est un indicateur de l’imaginaire érotique des individus, sans que que cela ne corresponde à une attirance pour des pratiques déviantes.

Des précautions doivent être prises avant la catégorisation d’un fantasme sexuel comme inhabituel, classifiant la personne comme déviante. Il est suggéré que l’accent devrait être mis sur l’effet du fantasme sexuel plutôt que sur son contenu.

En savoir plus :

Notes:

  1. Christian C. Joyal PhD, Amélie Cossette and Vanessa Lapierre. What Exactly Is an Unusual Sexual Fantasy ? The Journal of Sexual Medicine Volume 12, Issue 2, pages 328–340, February 2015. Article first published online: 30 OCT 2014. DOI: 10.1111/jsm.12734