La position d’andromaque responsable de la moitié des fractures de verges

Publié le 3 septembre 2015 dans la catégorie Actualités

Dossiers : , , , , ,
Publicité

Source : 20minutes.fr

D’après une étude parue dans Advances in Urology 1, c’est lorsque la femme est au-dessus de l’homme durant l’acte sexuel que la majorité des cas de fracture du pénis sont constatés. Alors que le missionnaire ne serait responsable que de 21% des fractures du pénis et la levrette de 29%, l’Andromaque serait en cause dans près de 50% des cas.

Le « faux pas du coït »

«Notre hypothèse est la suivante: lorsque la femme est au-dessus, elle contrôle le mouvement avec le poids de son corps reposant entièrement sur le pénis en érection, concluent les chercheurs. Elle n’est pas capable d’interrompre le mouvement quand le pénis pénètre d’une mauvaise manière car la douleur est habituellement faible chez la femme dans ce cas, tandis qu’elle est forte pour le pénis.»

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié sur 13 ans des patients arrivés aux urgences de Campinas, au Brésil, pour ce qu’ils pensaient être des « fractures du pénis ». La moitié d’entre eux  disaient avoir entendu un craquement puis avoir ressenti une forte douleur et parfois un gonflement de la verge. Des symptômes caractéristiques de ce que les médecins appellent le « faux pas du coït » causé par une sortie brutale du pénis en dehors du vagin suivie par un choc, notamment dans le cas où la partenaire s’assoit dessus. «Lorsque l’homme contrôle le mouvement, il a plus de chances de stopper l’énergie d la pénétration en réponse à une douleur du pénis», estiment les chercheurs.

Aux urgences dans les 24 heures

Si l’Andromaque est plébiscitée par 58% des femmes pour arriver à l’orgasme 2, elle pourrait faire peur aux hommes. «La fracture du pénis est une condition clinique assez rare qui provoque souvent de la peur et de la gêne, expliquent les scientifiques. Cela peut conduire à ralentir le recours à un médecin et aboutir à des déficiences sexuelles.» Pour éviter les dysfonctionnements sexuels à long terme, mieux vaut aller aux urgences dans les 12 à 24 heures pour retirer l’hématome formé par la rupture de l’albuginée, la capsule entourant les corps caverneux du pénis. Il faudra peut-être aussi envisager de changer de position à l’issue des six semaines d’abstinence obligatoires après l’opération.

Notes:

  1. Leonardo O. Reis, Marcelo Cartapatti, Rafael Marmiroli, Eduardo Jeronimo de Oliveira Júnior, Ricardo Destro Saade, and Adriano Fregonesi, “Mechanisms Predisposing Penile Fracture and Long-Term Outcomes on Erectile and Voiding Functions,” Advances in Urology, vol. 2014, Article ID 768158, 4 pages, 2014. doi:10.1155/2014/768158
  2. http://www.ifop.fr/media/poll/2886-1-study_file.pdf