La pilule réduirait temporairement la fécondité féminine

Publié le 7 juillet 2014 dans la catégorie Actualités

Dossiers : ,
Publicité

Source : Mediscoop, via Le Parisien

 

Le Parisien note que « des chercheurs danois ont cherché à savoir ce qui pouvait affaiblir la réserve ovarienne chez la femme, et il semblerait que les contraceptifs oraux soient en partie responsables, du moins temporairement ».
Le journal explique que « les chercheurs ont testé 833 femmes, âgées de 19 à 46 ans, et ont découvert que les femmes qui prenaient un contraceptif oral voyaient leur nombre de follicules ovariens baisser de 16% et leurs taux d’hormone AMH [hormone de régression mullérienne dans le sang] reculer de 19% ».
« Autre résultat étonnant, les femmes sous pilule avaient des ovaires entre 29 et 52% plus petits que les autres femmes, surtout chez les sujets les plus jeunes, entre 19 et 30 ans. Après des ajustements statistiques des résultats prenant entre autres en compte de l’âge, de l’IMC, de la prématurité, les taux d’hormones de régression mullérienne restaient inférieurs de 30% chez les femmes sous pilule et le nombre de follicules était 20% inférieur par rapport aux autres participantes
», ajoute Le Parisien.
Le Parisien relève que le Dr Katherine Birch Petersen, de l’hôpital universitaire de Copenhague, coauteur de ce travail présenté au congrès annuel de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE), à Munich, « reste optimiste sur le caractère temporaire des effets de la pilule sur les réserves ovariennes. Elle ajoute que de plus amples recherches sont nécessaires à ce sujet afin de mieux comprendre la phase de récupération de ces réserves après l’arrêt de la pilule ».
Le quotidien note en outre que « même si bon nombre de statistiques montrent que de nombreuses femmes sous contraceptif oral finissent par tomber enceintes, les effets sur le long terme de la pilule restent un sujet de préoccupation. Le Dr Birch Peterson conseille ainsi aux femmes qui prennent la pilule de ne pas se fier aux deux mesures précédemment évoquées pendant leur prise de contraceptif mais de renouveler ces tests 3 mois après avoir arrêté leur traitement afin de vérifier leur potentiel de fécondité à ce moment-là ».