Ménopause et bouffées de chaleurs : un gêne en cause ?

Publié le 8 novembre 2016 dans la catégorie Recherche clinique

Dossiers :
Publicité

Source : Futura-Sciences

Au moment de la ménopause, environ 70 % des femmes connaissent des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes, tandis que d’autres ne présentent pas ces symptômes. Comment expliquer ces différences ?

Dans un article paru dans Menopause 1, des scientifiques ont cherché si des variations génétiques augmentent le risque qu’une femme ait des bouffées de chaleur ou des sueurs nocturnes à la ménopause.

Pour cela, ils ont analysé les données génétiques de 17.695 femmes âgées de 50 à 79 ans et qui faisaient partie de la Women’s Health Intitiative, une étude qui a commencé en 1991. Toutes ces femmes ont fourni des échantillons d’ADN et répondu à des questions sur leurs symptômes de la ménopause.

Le gène TACR3 en cause ?

Les chercheurs se sont intéressés à plus de 11 millions de variations génétiques ; ils en ont trouvé 14 qui étaient associées aux bouffées de chaleur. Ces variations génétiques se trouvaient dans une région du chromosome 4 qui code pour un récepteur appelé TACR3 (pour tachykinin receptor 3). Localisé dans le cerveau, ce récepteur joue un rôle dans la libération d’œstrogènes. D’autres études ont relié le gène TACR3 à l’infertilité.

Les variations génétiques présentes dans TACR3 semblent donc contribuer au risque de souffrir de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes. Pour Carolyn Crandall, professeur de médecine à l’université de Californie Los Angeles (UCLA), auteure de cette recherche, « si nous pouvons mieux identifier quels variants génétiques sont associés aux bouffées de chaleur, cela pourrait conduire à de nouveaux traitements pour les soulager ». Il existe actuellement des traitements hormonaux contre les bouffées de chaleur, mais ils sont controversés en raison du risque de souffrir d’autres pathologies.

Notes:

  1. Crandall CJ, Manson JE, Hohensee C, Horvath S, Wactawski-Wende J, LeBlanc ES, et al. Association of genetic variation in the tachykinin receptor 3 locus with hot flashes and night sweats in the Womenʼs Health Initiative Study: Menopause. oct 2016;1.