Make Love : Un manuel d’éducation sexuelle Allemand déclassé X

Publié le 7 décembre 2014 dans la catégorie Actualités

Dossiers : , ,
Publicité

Source : Libération

Best-seller paru en 2012, le manuel d’éducation sexuelle «Make Love» sort en France. Face à Internet, saturé d’images pornographiques, ce livre-ovni, drôle et malin, explique l’intime sans tabou.

En ces temps difficiles pour l’édition, les performances de vente sont d’autant plus frappantes. C’est le cas de Make Love : à sa sortie en 2012, en Allemagne, ce manuel d’éducation sexuelle s’est écoulé à plus de 100 000 exemplaires en quelques semaines et a aujourd’hui passé le cap des 150 000 – un tel score, en France, le ferait rentrer dans le top trente des meilleures ventes de l’année. Dans la foulée, le livre a inspiré une série documentaire télévisée outre-Rhin (succès critique et d’audience) qui se revendique « proche des gens » auxquels elle apprend « comment faire l’amour ». Le best-seller vient enfin d’être traduit en français par les éditions Marabout.

Ton décontracté et bienveillant

A quoi tient donc le succès de Make Love ? L’ouvrage, né de la rencontre d’une journaliste (Tina Bremer-Olszewski) et d’une sexologue (Ann-Marlene Henning) frappe d’abord par la bienveillance et la décontraction de son ton, qui n’est pas sans rappeler la liberté sexuelle de l’ex-RDA : « Passe-toi de la crème et sois attentif à ce que tu éprouves en le faisant. Ne néglige aucune partie (…), il n’y a pas que le gland ou la pointe du clitoris qui sont sensibles aux caresses », est-il prescrit dans le chapitre « Se toucher ». Un peu plus loin, on peut trouver en détail en quoi consiste une fellation ou un cunnilingus.

Autre particularité du livre : il est ponctué de photos très explicites qui montrent de vrais couples en action. Des photos d’amants hétéro ou homo, dans tous les cas avec des corps normaux aux proportions et à l’épilation réalistes (pas de seins sous le menton ni de pénis chauve). « Il était important de montrer aux lecteurs à quoi ressemble une vraie intimité », explique Tina Bremer-Olszewski. A cela s’ajoutent des citations tirées de la pop culture (empruntées à The Big Lebowski, la série The New Girl ou une chanson de Benjamin Biolay).

Mais aussi des données drôles, des infographies montrant comment est désigné le vagin dans différentes langues (la moule barbue en anglais, ou la pêche en turc) ou un schéma comparant le nombre de positions exécutées lors d’un rapport physique réel (une à trois) et dans les films porno (cinq à huit). Au final, même si le livre s’adresse plutôt aux adolescents, il a rencontré en Allemagne un certain succès auprès des adultes.

Les auteurs de Make Love sont parties d’un postulat: la surabondance de sexe dans les médias ou sur le web donne l’impression trompeuse qu’il n’y a plus rien à apprendre. Le porno est particulièrement mis en cause : « Il montre des pratiques sexuelles sauvages, des femmes qui parviennent à l’orgasme en deux minutes et des corps parfaits. Cela n’a rien à voir avec le sexe accompli. C’est comme un film de science-fiction avec des effets spéciaux », affirme Tina Bremer-Olszewski.