Lien entre troubles de l’érection et mort prématurée

Publié le 25 février 2016 dans la catégorie Enquêtes

Dossiers : ,
Publicité

Source : Redbuzz.fr

Selon les chercheurs de l’Université du Mississipi, les problèmes d’érection augmentent le risque de mourir plus tôt, à cause des complications cardiaques.

Leurs recherches estiment que le risque de décès prématuré à cause des troubles érectiles est de 70 %, une statistique inquiétante. La fameuse « panne sexuelle » touche 18 millions d’hommes aux États-Unis, rapporte le Daily Mail ; 20 % des hommes de moins 40 ans sont affectés par ce problème. Les chercheurs ont mis en avant les complications cardiaques souvent associées aux problèmes érectiles. 1

Afin d’étayer leurs recherches, les scientifiques ont examiné un échantillon de 1 790 hommes, tous âgés entre 20 et 85 ans, ayant participé à un examen de santé en 2003-2004. Pour savoir si les hommes avaient des troubles de l’érection, ils ont dû répondre à une question : « Comment décririez-vous votre faculté à garder une érection satisfaisante » ? Les participants qui répondaient « j’y parviens parfois » ou « je n’y arrive jamais » étaient considérés comme sujets aux troubles érectiles. Ils ont ensuite comparé les résultats de cet examen avec les certificats de décès obtenus le 21 décembre 2011.

Au final, sur tous les hommes interrogés, 557 étaient en proie à ce problème. Après 8 ans, 244 personnes du groupe sont décédées. Sur cet échantillon, 61 sont mortes de complications cardiaques ; 64 d’une tumeur maligne ; 12 de maladies respiratoires chroniques. Les chercheurs ont bien sûr mis en rapport ces résultats avec l’âge, l’activité physique et la taille des patients. Ils ont ainsi découvert que les hommes souffrant de troubles de l’érection avaient 70 % de chances de mourir plus tôt que prévu. Par ailleurs, les problèmes érectiles sont souvent liés à d’autres facteurs qui entament la santé cardiaque comme la cigarette, le diabète ou l’hypertension.

Notes:

  1. Loprinzi PD, Nooe A. Erectile Dysfunction and Mortality in a National Prospective Cohort Study. J Sex Med. nov 2015;12(11):2130‑3.