Les pathologies sexuelles feminines

Publié le 3 mai 2013 dans la catégorie Formation

Dossiers : , ,
Publicité

Selon Masters et Johnson la réponse sexuelle humaine est composée de quatre phases qui sont :

  1. Le désir ;
  2. L’excitation ;
  3. Le plaisir (plateau) ;
  4. L’orgasme ;

On aura donc des pathologies sexuelles qui seront en rapport avec ces 4 phases. Chez la femme ce seront les pathologies liées à la phase du désir et à la phase du plaisir qui seront les plus représentées, alors que chez l’homme ce seront celles liées à l’excitation et à l’orgasme.

1) LES TROUBLES DU DESIR 

Insuffisance ou absence persistante ou récurrente de désir d’activité sexuelle solitaire ou avec partenaire(s) et/ou de fantasmes sexuels (conscients et excitants) et responsable d’une souffrance personnelle

Difficulté d’acceptation ou évitement des contacts sexuels, persistante ou récurrente, pouvant aller jusqu’au dégoût, au rejet et au comportement phobique, et responsable d’une souffrance personnelle

  • Le désir excessif ou hypersexualité ou sexualité compulsive ou nymphomanie (rare)

2) LES TROUBLES DE L’EXCITATION 

Difficulté ou incapacité persistante ou récurrente à percevoir ou conserver un niveau d’excitation psychique et/ou physique, habituellement associées mais pouvant être dissociées, et responsable d’une souffrance personnelle

  • La sécheresse vaginale

Manque de lubrification vaginale pouvant occasionner des inconforts lors des relations sexuelles et engendrer d’autres conséquences dans la vie de la femme et du couple. Comparable aux difficultés érectiles chez l’homme, elle peut être ressentie à différents moments de la vie.

3) LES TROUBLES DU PLAISIR

  • Les troubles sexuels avec douleur
  1. Dyspareunie : douleur vulvaire, vaginale ou pelvienne, persistante ou récurrente associée à la pénétration vaginale. Cette douleur peut survenir à l’intromission, aux mouvements, au contact profond ou dans les suites du rapport.
  2. Vaginisme : contraction involontaire, automatique et persistante de la musculature striée périnéale, interdisant la pénétration.
  3. Les vulvodynies ou Syndrome Vulvo-vestibulaire sont une cause fréquente de dyspareunie (12% selon Harlow 2001) avec des douleurs sévères de type brûlures, provoquée par contact ou pression lors d’activités sexuelles et non sexuelles

4) LES TROUBLES DE L’ORGASME 

  • L’insatisfaction orgasmique : L’orgasme atteint mais insatisfaisant: malgré une stimulation et une excitation suffisante
  • La Dysorgasmie : Orgasme retardé, ne survenant qu’après un temps de stimulation et une excitation, estimé excessif par la femme (en général les femmes perfectionnistes)
  • L’anorgasmie : absence d’orgasme malgré une stimulation et une excitation suffisante, qui peuvent être classés en 3 catégories :
    • Anorgasmies totales
    • Anorgasmies relationnelles
    • Anorgasmies contextuelles

Chacun de ces trois problèmes étant responsable d’une souffrance personnelle

NB : Les troubles sexuels associés à une autre pathologie 

  • 50% post cancer du sein et gynécologique présentent des problèmes sexuels sévères et de longue durée 1
  • 90% des femmes post diagnostic de cancer ont des difficultés sexuelles 2

Notes:

  1. Robinson, 1998
  2. Anderson, 1999