Les jeux vidéo violents boosteraient la libido

Publié le 16 juillet 2015 dans la catégorie Actualités, Recherche clinique

Dossiers : , ,
Publicité

Source : 20minutes.fr

Les hommes et femmes amateurs de jeux vidéo violents auraient un appétit sexuel supérieur à la moyenne. C’est l’étonnante conclusion d’une étude menée par des chercheurs australiens, publiée fin juin dans la revue Personal Individual Differences 1.

Les femmes ont une meilleure image d’elles-mêmes

Pour mesurer la libido des fanas de la console, les chercheurs de l’université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie) ont conduit deux études auprès de 1.000 hommes et femmes, à qui ils ont demandé de citer leurs 5 jeux préférés, en indiquant le niveau de violence de ceux-ci. Dans un deuxième temps, les scientifiques ont interrogé les participants sur leur sexualité et la perception de leurs performances.

Les résultats de l’étude confirment que plus les joueuses et joueurs aiment les jeux vidéo violents, plus ils sont attirés par le sexe. Du côté des femmes, les chercheurs ont constaté que ces types de jeux leur donnaient une meilleure estime d’elles-mêmes, leur permettant de se sentir plus sexy et attirantes que les autres.

Motivés par l’esprit de compétition

Par ailleurs, même si les hommes sont plus nombreux à aimer les jeux violents, l’écart avec les femmes est relativement faible. Chez la gent masculine, cette préférence pour les jeux vidéo violents serait motivée par l’envie de compétition et de prouver, à l’image des animaux, sa force à sa bien-aimée en battant son adversaire, selon Michael Kasumovic, biologiste de l’évolution humaine et auteur principal de l’étude. Pour les individus dont la vie sexuelle est désespérément vide, il est temps de prendre vos joysticks.

Notes:

  1. Michael M. Kasumovica, Khandis Blakeb, Barnaby J. Dixsona, Thomas F. Densonb. Why do people play violent video games? Demographic, status-related, and mating-related correlates in men and women. Personality and Individual Differences Volume 86, November 2015, Pages 204–211. doi:10.1016/j.paid.2015.06.018