Les femmes mal informées sur leur fertilité

Publié le 30 janvier 2014 dans la catégorie Actualités

Dossiers : , , ,
Publicité

Source : Le Figaro

Si les bases sont acquises, la connaissance plus spécifique des facteurs qui favorisent, ou non, la conception d’un bébé ne sont pas connues de toutes les femmes prévoyant de devenir mères. Des lacunes parfois importantes, révèle une enquête américaine publiée dans Fertility and Sterility.

Le journal explique que « selon ce sondage, conduit auprès d’un millier d’Américaines interrogées par téléphone en mars, 1 femme sur 2 en âge de procréer (18-40 ans) n’aurait jamais abordé le sujet de sa fertilité avec son médecin. Elles sont pourtant 40% à se dire préoccupées sur leur capacité à tomber enceintes ».

« L’étude révèle aussi que beaucoup ignorent ce qui peut peser sur leurs chances de tomber enceintes. Ainsi, seulement 1 sur 10 savait qu’il vaut mieux avoir des rapports sexuels dans les jours précédant la date d’ovulation plutôt que dans ceux qui la suivent. Plus d’une sur 4 ignorait que le tabagisme, l’obésité, une irrégularité des cycles ou certaines infections sexuellement transmissibles […] réduisent le taux de succès chaque mois », poursuit Le Figaro.

Le quotidien rappelle que « l’effet est loin d’être négligeable : 1 femme fumant 10 cigarettes par jour voit ses chances de tomber enceinte divisées par 2. Si elle souffre d’obésité, par 1,5. À l’inverse, certaines idées fausses sont répandues : 1 femme sur 2 pensait qu’avoir plusieurs rapports par jour augmente les chances de concevoir, et 1 sur 3 croit que certaines positions sont à privilégier », note le journal.

Le Figaro en profite pour noter qu’« un sondage réalisé en France il y a 5 ans sur le même sujet, pour le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, avait également mis en évidence «une certaine ignorance des Français en matière de fertilité ou tout du moins un bon nombre d’idées reçues», selon les conclusions de l’institut BVA ».

Le quotidien observe que « les personnes interrogées (989 hommes et femmes) estimaient qu’une femme de 30 ans avait 55% de chances de tomber enceinte chaque mois, alors que le taux réel est de 12%. Les sondés fixaient par ailleurs à environ 40 ans l’âge à partir duquel tomber enceinte devient plus difficile, quand les probabilités baissent en réalité dès 35 ans. La même surestimation des chances de grossesse était constatée pour les couples ayant recours à l’aide médicale à la procréation ».