Les antidepresseurs ont un impact négatif sur l’attachement amoureux

Publié le 19 novembre 2014 dans la catégorie Actualités, Recherche clinique

Dossiers : , , , , ,
Publicité

Source : Journal International de Médecine

Depuis plusieurs années, l’usage des antidépresseurs (et en particulier celui des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ISRS) a augmenté, au point qu’ils représentent désormais « l’un des types de médicaments les plus prescrits », rappellent les auteurs d’une étude 1 réalisée à l’Université de Pise (Italie) sur l’impact possible des antidépresseurs en matière de relations amoureuses.

Portant sur 192 patients ambulatoires déprimés (123 femmes et 69 hommes) âgés en moyenne de 41,2 ans (± 10,2 ans) et souffrant d’une dépression « légère ou modérée » selon les critères du DSM-IV révisé, cette étude explore les « changements éventuels de certaines caractéristiques des relations amoureuses » chez des sujets traités sur une longue durée (six mois ou plus) par un médicament antidépresseur (soit un ISRS, soit un tricyclique). Cette évaluation est réalisée au moyen d’un test conçu précisément à cet effet (le questionnaire « Sexe, Attachement et Amour »).

Les auteurs observent que les ISRS ont un « impact négatif significatif sur les sentiments d’amour et d’attachement au partenaire. » Ce constat concerne surtout les hommes qui disent ressentir moins de crainte qu’auparavant à l’idée de perdre leur partenaire et moins disposés à rechercher son soutien, à lui faire confiance, à échanger des idées et des sentiments…alors que les femmes sous antidépresseur tricyclique « se plaignent davantage d’effets latéraux sur leur sexualité » (dans le sens d’une « baisse d’intérêt » à ce propos). Ces effets indésirables du traitement antidépresseur sur l’amour semblent dépendre de la durée de la relation amoureuse ou sexuelle : ils sont plus marqués en cas de relation récente (<12 mois), alors qu’une relation plus ancienne (= un an) paraît moins sensible.

Ces données suggèrent une « interaction significative » entre le traitement contre la dépression et la vie amoureuse et sexuelle. Mais, précisent les auteurs, si ces résultats confirment « l’effet des antidépresseurs sur certaines composantes des relations amoureuses », l’étude de cette incidence doit être approfondie dans des recherches complémentaires. On peut aussi s’interroger sur la part du phénomène réellement imputable à un effet indésirable du traitement antidépresseur, et celle liée aux conséquences propres de la dépression sur la libido et la vie psychique, lesquelles motivent précisément la prescription de ce traitement antidépresseur.

Dr Alain Cohen

Notes:

  1. Marazziti D et coll.: Dimorphic changes of some features of loving relationships during long-term use of antidepressants in depressed outpatients. J Affect Disord. 2014; 166: 151–155.