La ménopause ne perturbe forcément pas la sexualité

Publié le 2 décembre 2013 dans la catégorie Actualités, Recherche clinique

Dossiers :
Publicité

Le Figaro

Une étude réalisée par des équipes de l’Insem et de l’Ined balaie la croyance comme quoi la ménopause correspondrait forcement à un tournant dans la sexualité de chaque femme.

Les chercheurs ont repris la grande enquête sur la sexualité des Français (2006) en se focalisant sur le comportement des femmes âgées de 45 à 55 ans. « Aucune différence n’apparaissait entre les femmes ménopausées et les autres, qu’il s’agisse de la pénétration vaginale (95 %), anale (12 %), de la fellation (65 %) ou du cunnilingus (71 %) », résume le quotidien. Seules différences, le recours à la masturbation moins fréquent chez les femmes ménopausées (13 %) que chez les autres (23 %) et les rapports sexuels sans pénétration plus nombreux chez les premières (34 % contre 28 %).

Le désir ou l’excitation ne diminue pas non plus avec l’âge. 60% des 45 à 55 ans avaient été confrontées un problème de ce type au cours de l’année, ce qui ne correspond pas à plus que leurs cadettes.

Les problèmes sexuels que peuvent rencontrer les femmes au cours de la ménopause ne doivent donc rien à la fatalité, ce sont bien les représentations négatives et non des effets biologiques ou hormonaux qui seraient à l’origine des ces »troubles de la  cinquantaine ».