La chirurgie bariatrique améliore aussi la sexualité

Publié le 13 décembre 2013 dans la catégorie Actualités, Recherche clinique

Dossiers : , , ,
Publicité

Source : Santelog

Meilleure sexualité, augmentation des hormones sexuelles et meilleures qualité de vie sont les bénéfices collatéraux d’une perte de poids liée à une chirurgie de l’obésité ou chirurgie bariatrique, révèle cette étude publiée  après la chirurgie bariatrique perte de poids. Les conclusions, présentées dans le Jama Surgery 1, ajoutent aux bénéfices de cette intervention, dont la réduction des troubles métaboliques.

 

L’étude de la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie montre en effet que les femmes qui ont subi une chirurgie bariatrique connaissent ensuite un meilleur « fonctionnement » sexuel, présentent une augmentation des hormones de la reproduction au-delà de la qualité de vie retrouvée avec un poids corporel réduit. L’auteur principal, le Pr David B. Sarwer souligne que ses   patients obèses signalent en effet souvent une diminution de la satisfaction sexuelle, mais que jusque-là peu d’études avaient porté sur les évolutions de la sexualité et des hormones avec la chirurgie de l’obésité.

L’étude a été menée auprès de 106 femmes ayant subi une chirurgie bariatrique dont ont été évalués, avant et après l’intervention, le fonctionnement sexuel, les niveaux d’hormones sexuelles, de qualité de vie, l’image corporelle et les symptômes dépressifs.

Les femmes ont perdu en moyenne un tiers de leur poids corporel initial dans la première année puis encore un tiers en moyenne au cours de la seconde année suivant l’intervention.

L’étude constate, 2 ans après la chirurgie, une amélioration significative de la sexualité, de la libido et de la satisfaction sexuelle. Des améliorations sont égale réhabilitée et présentent moins de symptômes de dépression.

L’amélioration de la sexualité et de la santé sexuelle est donc aussi un bénéfice de la chirurgie de l’obésité. Un bénéfice qui devra être confirmé, par d’autres études, chez les hommes.