Faire l’amour plus souvent ne rendrait pas forcément plus heureux

Publié le 16 juin 2015 dans la catégorie Actualités, Recherche clinique

Dossiers : ,
Publicité

Source : Pourquoidocteur.fr

Faire l’amour souvent rend-il vraiement plus heureux ? Pas forcément, à en croire une récente étude publiée dans Journal of Economic Behavior & Organization 1. Ces travaux montrent qu’au contraire, avoir beaucoup de rapports sexuels mène à une perte de désir et de plaisir.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs de l’université Carnegie Mellon (États-Unis) ont recrutés 128 volontaires âgés de 35 à 65 ans, et mariés. Ils ont ensuite divisé la soixante de couples en deux groupes. Le premier n’a reçu aucune instruction de la part des chercheurs alors qu’ils ont demandé au second groupe d’avoir deux fois plus de rapports par semaine que d’habitude.

Moins heureux, moins de désir et de plaisir

Pendant les 3 mois de l’expérience, les participants devaient remplir un questionnaire afin d’évaluer la fréquence des rapports, le désir et le plaisir lié au sexe et mesurer leur niveau de bonheur.

En analysant les réponses, les chercheurs ont observé que le deuxième groupe n’était pas plus heureux qu’avant. Ces couples rapportent même avoir moins envie de faire l’amour et prenaient moins de plaisir. D’après l’étude, si les participants n’étaient pas plus heureux, c’étaient justement parce qu’ils n’appréciaient plus autant de faire l’amour.

Rendre le sexe amusant

Cependant, les auteurs soulignent que ces conséquences peuvent aussi être liées à la manière dont l’étude a été conduite. En leur demandant de faire davantage l’amour au lieu de les inciter ou les encourager, les chercheurs ont pu provoquer un certain blocage chez les participants. C’est pourquoi, l’auteur principal de l’étude, George Loewenstein continue de croire que faire l’amour souvent peut être bénéfique et rendre plus heureux.

Pour Tamar Krishnamurti, auteur de l’étude, l’important serait plus la manière de faire, que la fréquence : « Quand la libido commence à décroître, le désir sexuel diminue plus vite que le plaisir procuré par le sexe. Ainsi, au lieu de vouloir retrouver sa sexualité des débuts, les couples devraient commencer par créer un environnement qui provoque de l’excitation et rend le sexe amusant », explique-t-elle.

Notes:

  1. George Loewenstein, Tamar Krishnamurti, Jessica Kopsic, Daniel McDonald. Does Increased Sexual Frequency Enhance Happiness? Journal of Economic Behavior & Organization Volume 116, August 2015, Pages 206–218. doi:10.1016/j.jebo.2015.04.021