Publicité
Le psoriasis augmenterait le risque de troubles de l’érection

Le psoriasis augmenterait le risque de troubles de l’érection

5 mai 2016
Dossiers : , , ,
Une étude chinoise vient de montrer que le psoriasis, maladie inflammatoire de la peau, retentit sur la sexualité des patients.

Une greffe de cellules souches pour soigner les troubles de l’érection

Une greffe de cellules souches pour soigner les troubles de l’érection

1 mars 2016
Dossiers : , ,
Source : Le Quotidien du Médecin. Des chercheurs ont injecté dans le corps caverneux de patients des cellules souches prélevées dans leur propre moelle osseuse, afin de réparer les lésions cellulaires péniennes causées par la prostatectomie radicale.

Les myrtilles pourraient prévenir les troubles de l’érection

Les myrtilles pourraient prévenir les troubles de l’érection

27 février 2016
Dossiers : ,
Une étude menée conjointement par l’université américaine de Harvard et celle d’East Anglia en Angleterre montre qu’une alimentation riche en flavonoïdes, présents par exemple dans les myrtilles, pourrait aider à réduire les risques de troubles de l’érection, courants chez les hommes d’âge mûr.

Lien entre troubles de l’érection et mort prématurée

Lien entre troubles de l’érection et mort prématurée

25 février 2016
Dossiers : ,
Selon les chercheurs de l’Université du Mississipi, les problèmes d’érection augmentent le risque de mourir plus tôt, à cause des complications cardiaques.

Traitements de la dysfonction érectile après prostatectomie : bénéfiques ou dangereux ?

Traitements de la dysfonction érectile après prostatectomie : bénéfiques ou dangereux ?

1 septembre 2015
Dossiers : , , , ,
Source : Medscape Changement de perspective sur les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE-5) administrés pour le traitement de la dysfonction érectile (DE) : ces traitements, qu’un nombre croissant de données expérimentales faisaient classer comme antitumoral – au point que leur utilisation en oncologie était envisagée – pourrait au contraire favoriser le développement tumoral
Lire la suite

La pornographie pourrait avoir un impact négatif sur l’érection

La pornographie pourrait avoir un impact négatif sur l’érection

9 août 2015
Dossiers : ,
Rares sont les études qui évaluent le retentissement de la pornographie sur la sexualité. Une équipe a étudié les troubles sexuels associés à la pornographie chez des hommes hétérosexuels de moins de 40 ans. Les résultats sont publiés dans le Journal of sexual medicine

Les hommes qui font du sport ont moins de problèmes érectiles

Les hommes qui font du sport ont moins de problèmes érectiles

27 juin 2015
Dossiers : ,
Source : Lapresse.ca Les hommes qui s’entraînent ont une meilleure fonction sexuelle et érectile, démontre une nouvelle étude publiée par le journal médical Sexual Medicine. Les chercheurs de l’hôpital Cedars-Sinai ont indiqué que cette conclusion s’applique à tous les hommes, peu importe leur race. Près de 300 sujets ont été interrogés autant au sujet de leur niveau
Lire la suite

VITAROS® (alprostadil) : première crème dans la prise en charge de la dysfonction érectile

VITAROS® (alprostadil) : première crème dans la prise en charge de la dysfonction érectile

9 juin 2015
Dossiers : , , ,
Source : Vidal.fr Depuis le 1er juin 2015, un nouveau médicament vient rejoindre l’arsenal des traitements contre la dysfonction érectile. Sous forme de crème à appliquer à l’entrée du méat urinaire, VITAROS® contient de l’alprostadil, Prostaglandine E1 utilisée depuis longtemps déjà sous forme injectable chez les patients ne répondant pas aux traitements par IPDE5 (Viagra® etc…). VITAROS® doit
Lire la suite

La caféine entrainerait une diminution des troubles de l’érection

La caféine entrainerait une diminution des troubles de l’érection

30 mai 2015
Dossiers : ,
Source : EndoScoop D’après une étude menée par l’Université des Sciences du Texas, les hommes qui boivent 2 à 3 tasses de café par jour sont moins susceptibles de connaitre des troubles de l’érection. Le journal Le Parisien explique que « les hommes ayant consommé entre 85 et 170 milligrammes de caféine par jour ont 42% de chance en moins
Lire la suite

76% des patients goutteux souffrent de dysfonction érectile

76% des patients goutteux souffrent de dysfonction érectile

21 novembre 2014
Dossiers : , , , , , , , ,
Dans une série de 201 patients, âgés de 18 à 89 ans, ayant consulté dans un service de rhumatologie entre août 2010 et mai 2013, on trouve un taux de dysfonction érectile de 76% parmi les 83 patients goutteux, contre 52% dans le reste de l’effectif

Le Viagra augmenterait le risque de mélanome de 90%

Le Viagra augmenterait le risque de mélanome de 90%

6 septembre 2014
Dossiers : , ,
Source : Pourquoidocteur Alors qu’un nouveau médicament de la même famille que le Viagra vient de faire son entrée dans l’arsenal thérapeutique de la dysfonction érectile, une étude publiée dans le JAMA Internal Medecine pointe du doigt un effet indésirable potentiel et jusque là inconnu de cette classe de médicament. En effet, d’après cette analyse
Lire la suite

Conséquences de la dépression sur la sexualité

Conséquences de la dépression sur la sexualité

13 août 2014
Dossiers : , , , , ,
Une équipe polonaise s’est penchée sur la sexualité des sujets souffrant d’un trouble affectif. Les femmes rapportent principalement : - des besoins sexuels diminués (61,5 %), - des orgasmes rares (49 %) ou absents (34 %), - une lubrification vaginale anormale (37 %), - et une absence de plaisir sexuel (33 %). Deux tiers des hommes font état d’au moins un problème dans leur vie sexuelle, principalement : - dysfonction érectile, - éjaculation retardée, - lenteur de l’orgasme.

Sexualité à long terme après prostatectomie radicale

Sexualité à long terme après prostatectomie radicale

7 août 2014
Dossiers : , , ,
Il est admis que ce sont les bandelettes nerveuses courant le long de la prostate qui sont responsables de l’érection ; aussi tente-t-on de les préserver chaque fois que c’est possible. Ainsi peut-on obtenir des taux appréciables (66 %) de conservation de la puissance sexuelle à 18 mois après une prostatectomie radicale. Contrairement à ce qu’on pensait, ces taux peuvent encore progresser au-delà, et les auteurs new-yorkais[ref]Sivarajan G et coll. : Ten-year outcomes of sexual function after radical prostatectomy: results of a prospective longitudinal study. Eur Urol., 2014; 65: 58-65.[/ref] font part de leur expérience sur les fonctions sexuelle (FS) et érectile (FE) avec un recul de 10 ans.

Le Cialis améliore bien le prostatisme

Le Cialis améliore bien le prostatisme

27 juillet 2014
Dossiers : , , ,
Le Cialis (tadalafil), inhibiteur de la 5-phosphodiestérase, a la double indication du traitement des troubles érectiles et (aux États-Unis) de l’hypertrophie bénigne de la prostate, son effet sur les symptômes de prostatisme ayant été démontré par plusieurs études randomisées. Les auteurs américains se sont posé la question de savoir si les effets obtenus sur les symptômes de prostatisme n’étaient pas indirects, psychologiques et secondaires à l’amélioration des troubles érectiles.

Les médecins prescrivent trop de PSA

Les médecins prescrivent trop de PSA

4 juillet 2014
Dossiers : , , , , , ,
En 2011, environ 30 % des hommes ont eu au moins un dosage du PSA alors qu’ils n’avaient pas de cancers ni d’hypertrophie de la prostate. 87 % des dosages prescrits l’ont été par un généraliste. L’étude montre qu’entre 2008 et 2011, période au cours de laquelle ont été publiées les deux études controversées sur le dépistage et la mortalité qui ont conduit à un rappel des recommandations par la HAS, la proportion d’hommes qui ont continué a se voir prescrire un PSA n’a pas diminué. L’étude montre qu’entre 2007 et 2012, le nombre de prostatectomies a diminué, passant de 27 278 à 19 789. Le nombre d’assurés du régime général avec une mise sous ALD pour cancer de la prostate a également diminué entre 2011 et 2012, de 41 865 à 36 110, alors qu’il était stable les années antérieures.

Une nouvelle piste de recherche du traitement de la dysfonction érectile chez les diabétiques

Une nouvelle piste de recherche du traitement de la dysfonction érectile chez les diabétiques

19 juin 2014
Dossiers : , ,
Source : lequotidiendumedecin   Les patients diabétiques souffrent fréquemment de troubles de l’érection, causés par une dysfonction endothéliale et des lésions des nerfs périphériques qui, de plus, réduisent la réponse aux inhibiteurs de la PDE-5. Partant de ce constat, Guo Nan Yin de l’école universitaire d’Incheon, en Corée du Sud, et ses collègues, se sont
Lire la suite

Le Cialis® bientôt en vente libre

Le Cialis® bientôt en vente libre

28 mai 2014
Dossiers : , ,
Source : Le Parisien Le Parisien observe que « dans la bataille que se livrent les laboratoires sur le marché du traitement des troubles de l’érection, le Français Sanofi vient de remporter une jolie victoire. Le groupe pharmaceutique français annonce en effet avoir signé un accord l’autorisant à commercialiser sans ordonnance le Cialis, un traitement de la
Lire la suite

Spedra, au plus près de la physiologie normale

Spedra, au plus près de la physiologie normale

11 avril 2014
Dossiers : ,
Nouvel arrivé dans la famille des IPDE5, l’avanafil (Spedra®) est caractérisé par son action rapide et prolongée et par sa forte affinité pour sa cible, la phosphodiestérase 5.

Les statines efficaces contre la dysfonction érectile

Les statines efficaces contre la dysfonction érectile

2 avril 2014
Dossiers : ,
 Source : legeneraliste.fr  Selon une méta-analyse présentée fin mars à la conférence annuelle de l’American College of Cardiology (Whashington), la prescription d’une cure de statines chez les hommes hypercholestérolémiques et présentant une dysfonction érectile serait efficace sur les deux paramètres. La fonction érectile de ces hommes s’est améliorée de 24,3%. « L’accroissement de cette fonction sexuelle avec
Lire la suite

La dysfonction érectile

La dysfonction érectile

11 octobre 2013
Dossiers : , ,
La dysfonction érectile ou impuissance est une incapacité persistante ou récurrente à obtenir ou à maintenir une érection permettant un rapport sexuel satisfaisant évoluant depuis au moins 3 mois (à la différence de la "panne" sexuelle), induisant une souffrance du patient ou du couple. Le diagnostic se fait sur l'interrogatoire.