Publicité
Le SYNGOF prend position contre la loi prostitution au nom de la santé des prostitués

Le SYNGOF prend position contre la loi prostitution au nom de la santé des prostitués

21 mai 2016
Dossiers : ,
Le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF) s'alarme, dans un communiqué commun avec le Syndicat du travail sexuel (STRASS), de l'adoption de la loi relative à la lutte contre le système prostitutionnel, le 6 avril dernier. Si elle supprime le délit de racolage, cette loi pénalise le client, tout en instaurant un parcours de sortie de la prostitution et d'insertion sociale et professionnelle (financé par un fonds de 4,8 millions d'euros).

Accompagnement sexuel et handicap : une association réclame une « exception à la loi » sur le proxénétisme

Accompagnement sexuel et handicap : une association réclame une « exception à la loi » sur le proxénétisme

6 août 2015
Dossiers : , ,
Source : Le Parisien L’Appas, association alsacienne qui défend le droit des personnes handicapées à une vie sexuelle et affective, a réclamé vendredi une « exception à la loi » sur la prostitution pour les associations spécialisées dans l’assistance sexuelle. L’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas) a soumis à une quarantaine de parlementaires le texte
Lire la suite

Former à l’accompagnement sexuel des handicapés ne peut être assimilé à du proxénétisme

Former à l’accompagnement sexuel des handicapés ne peut être assimilé à du proxénétisme

25 juillet 2015
Dossiers : , ,
Source : Le Quotidien du Médecin Le juge des référés du TGI de Strasbourg a donné gain de cause à l’APPAS (Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel des personnes handicapées) dans le litige l’opposant à la gérante d’un hôtel qui refusait d’accueillir des cours à l’accompagnement sexuel des handicapés organisés par l’association à la mi-mars
Lire la suite

Faut-il légaliser les assistants sexuels ?

Faut-il légaliser les assistants sexuels ?

22 mai 2013
Dossiers : , , ,
Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) n'est pas favorable à la légalisation des services d'aide sexuelle pour les personnes en situation de handicap. Il a rendu son avis lundi 12 mars, suite à une saisine adressée fin 2011 par Roselyne Bachelot, alors ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. Dans son avis, le CCNE écarte l'idée d'une indemnisation par l'État de l'assistance sexuelle. Il souligne les difficultés à légaliser cette activité assimilée à de la prostitution dès lors que le professionnel est rémunéré. [...]