Publicité
Ménopause et bouffées de chaleurs : un gêne en cause ?

Ménopause et bouffées de chaleurs : un gêne en cause ?

8 novembre 2016
Dossiers :
Au moment de la ménopause, environ 70 % des femmes connaissent des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes, tandis que d'autres ne présentent pas ces symptômes. Comment expliquer ces différences ?

Traitement hormonal de la ménopause : des bénéfices cardiovasculaires en cas d’initiation précoce

Traitement hormonal de la ménopause : des bénéfices cardiovasculaires en cas d’initiation précoce

2 juin 2016
Dossiers : , ,
Le bénéfice cardiovasculaire du traitement hormonal de la ménopause (THM) est significatif si ce traitement est délivré dans les six premières années après la ménopause.

Vie sexuelle à la ménopause : le moral joue plus que les hormones

Vie sexuelle à la ménopause : le moral joue plus que les hormones

25 août 2015
Dossiers : ,
Chez les femmes de 40-50 ans, il y a bien un impact du taux d’hormones, notamment de testostérone, sur la libido. Mais une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism montre que les facteurs psychosociaux tels que l’humeur ou la situation amoureuse sont en fait bien plus importants que les taux hormonaux.

THM et cancer de l’ovaire : « Les résultats doivent être interprétés avec précaution »

THM et cancer de l’ovaire : « Les résultats doivent être interprétés avec précaution »

29 mars 2015
Dossiers : , , , ,
Source : Le quotidien du médecin Les résultats de l’étude publiée dans la revue « The Lancet » suggérant un surrisque de cancer de l’ovaire chez les femmes prenant un traitement hormonal de la ménopause (THM), doivent être interprétés avec prudence, selon le Dr Lydia Marié-Scemama, gynécologue-obstétricien, vice-présidente de l’association française pour l’étude de la
Lire la suite

La ménopause ne perturbe forcément pas la sexualité

La ménopause ne perturbe forcément pas la sexualité

2 décembre 2013
Dossiers :
Le Figaro Une étude réalisée par des équipes de l’Insem et de l’Ined balaie la croyance comme quoi la ménopause correspondrait forcement à un tournant dans la sexualité de chaque femme. Les chercheurs ont repris la grande enquête sur la sexualité des Français (2006) en se focalisant sur le comportement des femmes âgées de 45 à 55 ans. « Aucune différence n’apparaissait entre les femmes ménopausées et les autres, qu’il s’agisse de la pénétration vaginale (95 %), anale (12 %), de la fellation (65 %) ou du cunnilingus (71 %) », résume le quotidien. [...]