Publicité
Les traitements anti-Parkinsonnien pourraient rendre accro au sexe

Les traitements anti-Parkinsonnien pourraient rendre accro au sexe

28 juillet 2015
Dossiers : , , ,
Source : Sciences et Avenir C’est un effet secondaire potentiel des traitements anti-parkinsoniens, aux conséquences dramatiques dans une vie de couple, que des psychiatres et neurologues décrivent dans le numéro daté de mars 2015 de la revue La Presse Médicale. Le Dr Pierre Grandgenevre et ses collègues du CHRU de Lille se sont intéressés à l’impact de l’hypersexualité sur
Lire la suite

3% des femmes auraient une sexualité envahissante

3% des femmes auraient une sexualité envahissante

29 novembre 2014
Dossiers : ,
Source : Le Figaro Selon une étude d’universitaire allemands parue dans le Journal of sexual Medicine, environ 3% des femmes auraient une sexualité envahissante.

Trop de porno tue le cerveau

Trop de porno tue le cerveau

6 juillet 2014
Dossiers : ,
Selon des travaux allemands publiés aux États-Unis, les hommes qui passent beaucoup de temps à regarder de la pornographie sur internet paraissent avoir moins de matière grise dans certaines parties du cerveau et une activité cérébrale réduite.

Une femme sur deux préfère se passer de sexe que de smartphone

Une femme sur deux préfère se passer de sexe que de smartphone

21 décembre 2013
Dossiers : , , ,
Source : http://www.aufeminin.com/news-societe/couple-les-femmes-preferent-leur-smartphone-au-sexe-s230939.html Les nouvelles technologies ont-elles pris une telle place dans nos vies qu'elles remplacent peu à peu nos besoins primaires ? Une étude révèle l'importance de ces nouveaux objets connectés chez les femmes et dévoile la relation compliquée qu'elles entretiennent avec eux... [...]

Et si l’addiction au sexe n’existait pas ?

Et si l’addiction au sexe n’existait pas ?

10 septembre 2013
Dossiers :
En mesurant l'activité cérébrale de volontaires présentant une hypersexualité et en la comparant à un modèle établi pour la toxicomanie, des chercheurs américains suggèrent que cette recherche continue et compulsive du plaisir sexuel serait plus lié au désir qu'à une forme de dépendance.