Parasitoses et sexualité

Dr Fatima YASSIR-ORIA
CIDDIST – Hôpital Édouard Heriot & Croix Rousse
Service de Dermatologie – Centre Hospitalier Lyon Sud
Cours du vendredi 7 février 2014 à 10h30

← Page précédente : Le Papillomavirus

Page suivante : Les IST rares →

Publicité

XII – GALE

Epidémiologie

Il y a en ce moment une épidémie de gale qui est en recrudescence en France.

  • C’est une ectoparasitose due à un acarien appelé le sarcopte scabiei.
  • La transmission se fait par contact cutané interhumaine directe.
  • La durée de survie du sarcopte en dehors de son hôte est de 2 à 48h maximum.
  • La période d’incubation moyenne est de 2 à 3 semaines.
  • L’incidence actuelle de la gale en France est de 328 cas pour 100 000 habitants.
Gale (sarcoptes scabiei hominis)

Gale (sarcoptes scabiei hominis)

Clinique

La gale peut donner un chancre scabieux (« gale des gens propres »), qui n’est pas une ulcération, mais plutôt un ou plusieurs petits nodules ou papules excoriés surtout en cas de grattage, sur le versant cutané et non muqueux de la verge.
On aura un prurit vespéral avec recrudescence nocturne, des sillons scabieux et des vésicules perlées à topographie évocatrice.

 

Vésicules perlées typiques de la gale

Vésicules perlées typiques de la gale

Chez les personnes âgées et les immunodéprimées on aura d’autres formes cliniques avec parfois une gale profuse, croûteuse (gale norvégienne), qui est une forme de gale très contagieuse mais qui NE GRATE PAS d’où retard de diagnostic notamment dans les maisons de retraite. Il arrive assez fréquemment qu’un grand nombre de patient ne parte pas plus attention que cela aux démangeaisons, mais vient consulter en raison de l’apparition de lésions génitales. On verra dans ces cas-là soit de petites papules, soit de gros nodules dit scabieux qui sont la forme la plus contagieuse.

Traitement

Le traitement repose sur :
  1. Les scabicides locaux : Ascabiol® lotion, pas évidents à proximité des zones génitales, non remboursé par la sécurité sociale.
  2. Le traitement per os : Ivermectine (STROMECTOL®) 200 µg/kg 1 soit 3 à 6 cp en une prise unique, avec une deuxième cure 7 à 15 jours plus tard qui est parfois nécessaire en particulier en cas de gale profuse. Contre-indiqué chez la femme enceinte.
  3. La désinfection du linge et de la literie contaminés par un lavage à plus de 60°C ou si celui-ci n’est pas lavable par un insecticide en spray ou en poudre (toxicité plus élevée) : Lindane®.
  4. Traitement des sujets contacts (toute la famille).

Chez les patients défavorisés il faut systématiquement proposer le traitement par STROMECTOL® qui est remboursé par la sécurité sociale car les topiques locaux sont assez onéreux et les patients risquent de ne pas se traiter.

XIII – PHTIRIASE

  • C’est une ectoparasitose due aux morpions (Phtirius inguinalis)
  • La première plainte c’est le prurit, c’est-à-dire les démangeaisons. Souvent les patients se plaigent que ça les gratte depuis des semaines, mais ils n’ont jamais fait l’effort de bien regarder.
  • Le diagnostic est cependant facile, basé sur un examen minutieux : on déshabille le patient et on regarde à la loupe. On voit sur les poils des petits points qui bougent.
  • La transmission par contact sexuel.
  • Un simple rasage permet d’éradiquer le parasite.
  • Sinon on peut traiter par un antiparasitaire local (malathion ou pyréthrine).
  • Il faut impérativement traiter les partenaires.
Morpions/Pou du pubis (pthirus inguinalis)

Morpions/Pou du pubis (pthirus inguinalis)

BIBLIOGRAPHIE

  1. STROMECTOL : LISTE II. AMM 3400935238856 (1999, RCP rév 30.04.2012) 4 cp. Prix : 19,56 euros (4 comprimés). Remb Séc soc à 65 %.

Laisser un commentaire