Le mariage non consommé

Dr Marie CHEVRET MEASSON Psychiatre sexologue
Cours du 23 novembre 2013 de 10h à 11h

Publicité

INTRODUCTION

Les couples qui on fait des efforts jusqu’à 30 ans pour rester vierge vont souvent imaginer que quand ils passeront à l’acte, ça sera un truc extraordinaire, à la hauteur des frustrations qu’ils se sont infligés, et qui sera la récompense de tous leurs efforts.
Hors à 30 ans il y a moins de désir, d’autant plus qu’ils auront passé des années à le tasser.

Il y a également les couples qui ont respecté la petite membrane mais qui ont expérimenté tous les autres types de pénétration et du coup ils vont être conditionnés à d’autres choses (anal etc.) et qui trouveront la pénétration vaginale moins intéressante.

EPIDEMIOLOGIE

Quelques chiffes indirects

  • En 1988 : 1,1% des couples consultant pour infertilité sont dans un mariage non consommé du à un problème masculin ou féminin ou des 2 1
  • Au centre de sexualité de Loyola, entre juillet 1972 et septembre 1988 il y a eu 82 couples sur 1217 soit 6,6% qui présentaient un traitement pour le mariage non consommé 2

Les chiffres actuels ont beaucoup changé depuis 88 : environ 10% des couples qui consultent viennent pour un problème de mariage non consommé.

PHYSIOPATHOLOGIE

Publicité

Le « fautif » : le patient « désigné »

  • soit la femme « vaginique » ou « coincée » ou ayant eu des problèmes
  • soit l’homme qui n’a pas d’érection dans les moments sexuel

EN TOUT CAS COUPABLE…

Le partenaire du patient désigné

  •  triomphant dans sa générosité, sa compréhension, son respect
  •  ou au contraire vindicatif « je n’ai jamais eu de problème sexuel sauf avec ce type« 
  •  ou encore effacé (« je suis la pour l’aider, je n’ai aucun problème… » → mais en général c’est celui qui refusera les entretiens individuels)

Le couple

2 types de couples

  • ceux qui ont une sexualité relativement riche mais sans pénétration
  • ceux qui disent avoir une sexualité mais qui ont en fait des caresses infantiles (dormant en se tenant par la main etc…) -> c’est rare de réussir à les guérir

Particularité du couple vaginique

Le partenaire d’une femme souffrant de vaginisme n’est en général pas choisi au hasard :

  • peu « agressif » sexuellement
  • souvent sexuellement inexpérimenté

Ce sont des couples bâtis sur 2 failles où chacun est la béquille de l’autre et le problème c’est que si l’un des deux se redresse et que l’autre ne suis pas il y aura séparation.

Les séparations dans les mariages non consommés viennent en général de la part de celle qui avait le symptôme.

Les couples et leur demande

  • Demande de « normalité » : Ils aimeraient faire comme tout le monde et comme ce qu’ils voient à la télé alors qu’en fait aucun des deux n’en ressent l’envie ni le besoin. Donc pour quelle raison est-ce qu’on devrait les aider à se forcer ?
  • Demande d’enfant : C’est souvent à ce moment là qu’on va les voir
  • La nuit de noce : lorsqu’ils ont vécu des années en concubinage en choisissant de rester vierge jusqu’au mariage, ils trouvent en général opportun de consulter un sexologue en vue de la nuit de noce. C’est à ce moment là qu’ils peuvent prendre conscience que cela risque d’être un peu plus compliqué que prévu…
  • « SOS : ne faites rien » : On peut être amené à recevoir des couples en urgences pour un problème de mariage non consommé, notamment le lendemain de la nuit de noce où ils n’ont pas couché ensemble et la famille attend de voir le drap rempli de sang. Le plus sage est de ne rien faire et d’attendre que les choses se tassent.

CONSEQUENCES

  • honte
  • mal-être identitaire : atteinte narcissique individuelle parfois avec dépression
  • mal-être conjugal : repli du couple sur lui-même ou au contraire utilisation des autres pour éviter son problème (couple qui sort tous les weekend avec les amis, la famille etc pour ne pas se retrouver tout seul)
  • contamination de la non confiance en soi « puisque je ne peux pas baiser comme tout le monde, je suis nul(le) »

A l’inverse, le mariage non consommé va parfois entrainer des bénéfices secondaires sur la relation avec deux éléments fondamentaux vont entrer en jeu :

  1. Le SECRET, grand liant du couple qui va les renforcer
  2. Les bénéfices secondaires : la qualité supposée de leur Amour car ils ne sont pas comme tout le monde, ils s’aiment forcement plus que les autres couples

PRISE EN CHARGE

La sexothérapie

  • Travail individuel pour le désigné d’abord sur la confiance en lui et sur le symptôme
  • Rendez vous à deux régulièrement pour apprécier le couple et l’autre
  • L’abandon de la thérapie vient souvent de l’autre, l’apparent « sans problème »
  • L’abandon du conjoint vient souvent du porteur de symptôme.

Mariage non consommé et fertilité

Face à une demande d’enfant d’un couple n’ayant jamais eu de rapport sexuel auprès d’un médecin de procréation médicalement assisté, deux attitudes vont se détacher :

  • L’attitude sans question : réponse offre de PMA (Mais parfois envoie au sexologue lorsqu’un autre problème se présente)
  • L’attitude moralisatrice : envoi au sexologue et refus de toute écoute ou prise en charge

Face à une demande d’enfant d’un couple n’ayant jamais eu de rapport sexuel auprès d’un sexologue, notre attitude sera la suivante :

  1. Les « couples qui se tiennent par la main », on ne va pas leur proposer de faire une insémination « sous la couette » mais leur expliquer qu’on ne sait pas et que si jamais on entend parler d’une solution on les contactera.
  2. Les autres ont leur explique comment faire avec un verre et une seringue
    1. éjaculer dans un verre
    2. attendre 15 minutes que le sperme se liquéfie
    3. mettre le sperme dans une seringue et l’injecter dans le vagin
    4. on fait ça 2 ou 3 fois dans le mois quel que soit le cycle, plus également au moment de l’ovulation si elle le connaît
    5. en général la plupart des femmes tombent enceinte assez rapidement
    6. ceux qui ne tombent pas enceinte au bout de 6 mois on va leur faire un bilan et adresser au médecin PMA

Le Botox®

Le Botox ® n’est pas seulement réservé aux traitements des rides. Il a été employé pendant des années pour traiter les spasmes des muscles du corps. Le Botox® est utilisé par certains spécialistes (comme le Dr Peter D Pacik – http://www.vaginismusmd.com) pour traiter la vulvodynie, la vestibulite vulvaire et le vaginisme, affections douloureuses de la vulve et du vagin 3.

Résultats

Les résultats sont excellent mais la durée du problème joue sur la durée de la thérapie
Les résultats dépendant des résultats des couples, donc seront très différents en fonction des individus et des couples…

Il y a 20 ans une étude rétrospective téléphonique avec 30 couples au téléphone montrait qu’après traitement ils savaient faire la pénétration mais ils ne la faisaient quasiment jamais, c’est pas leur tasse de thé.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

  1. BJSM 15:3, 84-87, March 1988
  2. The Psychiatric Times Feb 1989 IV:2 pp50-51
  3. Wellness Kliniek, Grotestraat 42, 3600 Genk

Laisser un commentaire