Les différents modèles de couples

Pr. Gerard RIBES Psychiatre sexologue,
Directeur de l’enseignement du DIU de sexologie LYON I
Cours du 22 novembre 2013 8h30-11h

Publicité

PREAMBULE

 

Pour appréhender les différents modèles de couples, il est intéressant de remonter le plus loin possible dans l’histoire de l’humanité.
On va partir de très loin, c’est à dire nos ancêtres les singes, afin de comprendre les fonctionnement des couple actuels.
Il y a 2 ou 3 espèces de primates qui ont une sexualité en dehors des œstrus 

L’œstrus, ou chaleurs, est la période durant laquelle une femelle mammifère est fécondable et recherche l’accouplement en vue de la reproduction. L’œstrus est en outre caractérisé par une posture particulière, la lordose, courbure vers la phase ventrale de la colonne vertébrale de manière à former un creux dorsal, facilement observable chez les chats par exemple.
.

La plupart des espèces ont en effet une sexualité lorsque la femelle à son ovulation, sauf :

  • les êtres humains
  • les bonobos (une espèce de chimpanzés que l’on retrouve essentiellement au centre du continent africain)

L’hominisation s’est fait par le fait qu’il fallait échanger les femelles par interdit de l’inceste.
Les bonobos restent dans l’endogamie (la sexualité se fait dans le même clan) alors que les hommes ont pour règle l’exogamie.

L’hominisation est le processus qui a progressivement transformé une lignée de primates en humains. Ce processus évolutif a concerné la lignée des Hominidés, à partir de la divergence entre le dernier ancêtre commun des grands singes et les Hommes, il y a plus de 6 millions d’années
 
L’exogamie est une règle matrimoniale imposant de chercher son conjoint à l’extérieur de son groupe social (clan, groupe territorial, caste, société, milieu social)

Hominisation

Pour arriver à cela il a fallu créer :

  • un langage partageable par les autres tribus
  • un moyen de régulation de la sécurité avec la question du désir en particulier, qui reste une grosse interrogation pour les anthropologues.

En effet, la création de la conjugalité a permis de contenir la sexualité dans qqchose de plus encadré qui est le couple, afin de limiter le risque de se retrouver dans une société ou on baise en permanence.

Les espèces animales sont toutes polygames, y compris les bonobos malgré le fait que l’on ai pensé longtemps qu’ils étaitn monogames, ceci étant du au fait qu’ils deviennent monogames durant la durée de l’élevage des enfants. Mais dès que le petit bonobo est en âge de se nourrir seul (vers 4 ans), les couples redeviennent polygames.

Dans notre société actuelle la durée du couple moyenne est de 4 ans. Il y a des mécanismes inconscients qui font que 4 ans (qui correspond à la durée de sortie de la période de danger de l’enfant) est la durée pendant laquelle il y a des phénomènes d’attachement.

Avec les bonobos, l’homme est la seule espèce à avoir une sexualité en face à face avec en plus pour les bonobos une prise de risque tridimensionnelle avec le fait de faire l’amour dans les arbres.
Les bonobos ont des systèmes de contraception intéressant, par exemple après un coït les mâles mettent un bouchon de glaise au niveau du col du l’utérus.

Bonobo-missionaire

Chez nous les mâles ne sont jamais sûrs d’être les parents de l’enfant élevé par la femelle, le couple encadrant cela.

 

UN CONTEXTE HISTORIQUE

 

Le sentiment amoureux

A partir du XIe siècle le mariage devient un sacrement encadré par l’église avec introduction du célibat des prêtres, par St augustin qui est le premier a avoir encadré les prêtres.
L’âge canonique est l’âge à laquelle une femme pouvait devenir la « bonne du curé », est fixé à 40 ans, âge considéré comme le moment ou la reproduction est improbable (parce que ça aurait fait désordre d’avoir des petits curés un peu partout…).
La répression de la sexualité par l’église est alors extrêmement importante à ce moment là avec la fermeture des bains publics au XIIe siècle, ce qui a eu une répercussion énorme sur la sexualité en Europe. Les bains publics étaient des bains situés au bord de l’eau, qu’on appelait « bord-d’eaux » (qui a donné plus tard « bordel ») et une prostitution s’y était installé.

L’invention du canon crée l’intimité

Jusqu’à l’invention du canon tous les gens dormaient dans le château dans la même pièce pour des raisons de protection.
A partir du moment de l’invention de cet excellent moyen défensif, les château forts ne servaient plus à rien et donc commence la diversification des lieux avec création d’une division entre espace public où l’on mange et espace privé où l’on dort.
La sexualité devient quelque chose du domaine privé plutôt que du domaine public à partir du moment ou les bords d’eau disparaissent et les pièces sont séparées, surtout dans le contexte de répression de la sexualité par Saint Augustin (qui a été un joyeux luron jusqu’à ce qu’il décide de se convertir et d’interdire tout le monde de baiser).

Au XVIIIe siècle : l’enfant apparaît

Jusqu’au XVIIIe siècle la notion d’enfant en tant que personne n’existe pas. Le pater familial garde le droit de vie et de mort sur ses enfants (issu du code romain) et à partir de cet époque la notion d’enfant comme un individu qui a des spécificités commence à s’installer dans la société.
Il y a un instinct de préservation de la lignée mais l’instinct maternel est une construction sociale 1

XIXe siècle : le siècle « du sexe et de la machine à vapeur »

C’est l’époque où il y a le plus de répression de la sexualité, notamment véhiculé par les médecins à propos de la masturbation, cf le best seller à l’époque du Dr Tissot sur l’onanisme 2.
C’est l’époque ou on mettait des systèmes mécaniques aux enfant et ou on surveillait dans les internats que les enfants ne se masturbaient pas.
C’est également l’époque ou les théories freudiennes reprennent les machines à vapeur mais c’est une explication contextualisée.

La guerre 14-18 donne naissance à la femme

Cf le livre de Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013 3 Les hommes qui reviennent de la guerre brisés retrouvent des femmes totalement changées.
Alors qu’avant on choisissait une femme dans un but social pour avoir des enfants qui subviendront à nos besoins plus tard, à partir des années 20 on choisit sa femme pour des raisons amoureuses.
C’est donc très tardif dans l’histoire de l’humanité et un concept qui reste extrêmement récent.

Dans notre monde contemporain, le sentiment amoureux et l’épanouissement personnel, avec toutes ses vicissitudes, est donc devenu le premier pilier de la construction des couples dans la culture occidentale.

L’égalité hommes-femmes

1944 : Droit de vote des femmes, la démarche vers l’égalité

Alors que la Finlande l’a instauré en 1904 nous on attend 1944 mais c’est un pas important

1906 : Finlande (avec éligibilité égale des femmes et des hommes) et Nouvelles-Hébrides
1913 : Norvège
1915 : Danemark (y compris Islande)
1918 : Canada (au niveau fédéral, les provinces ayant déjà reconnu le droit de vote des femmes au niveau provincial entre 1916 et 1922 mais seulement en 1940 au Québec)
1918 : Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande (à partir de l’âge de 30 ans jusqu’à ce que, en 1928, leur statut soit aligné sur celui des hommes, soit l’âge de 21 ans).
1918 : Russie soviétique (l’Union soviétique ne fut créée qu’en 1922), Tchécoslovaquie, Pologne et Géorgie
1919 : États-Unis (XIXe amendement proposé le 4 juin et ratifié le 18 août 1920), Allemagne (19 janvier 1919)10, Pays-Bas (éligibilité dès 1917), Luxembourg, Belgique (pour les élections municipales) et de nouveau en Suède
1920 : Azerbaïdjan, Albanie, Autriche et Hongrie
1921 : Arménie
1922 : État libre d’Irlande, dès 21 ans, comme les hommes
1924 : Mongolie, Turquie (et sont éligibles au parlement)
1926 : Liban (partiel)
1928 : Grande-Bretagne
1929 : Équateur
1926 : Inde (partiel)
1930 : Afrique du Sud (pour les femmes blanches) (partiel) Turquie (élections municipales), Grèce (élections municipales)
1931 : Sri Lanka, Espagne (jusqu’en 1939 pour les femmes diplômées de l’enseignement secondaire, puis ce droit fut perdu de nouveau jusqu’au
rétablissement de la démocratie en 1975).
1932 : Thaïlande, Maldives, Uruguay, Brésil
1934 : Cuba
1935 : Birmanie, Philippines (sur l’avis d’un référendum réservé aux femmes qui récolte 95 % de oui)
1939 : Salvador
1940 : Québec
1942 : République dominicaine
1944 : France

1960 Mise en vente aux USA de la pilule (la contraception orale) inventée par Gregory Pincus. Cette pilule instaure un nouveau concept : l’enfant « choisi ».

28 décembre 1967 : loi Neuviert relative à la régulation des naissances et loi Veil avec autorisation de l’IVG. Année ou les femmes ont le droit d’avoir un compte en banque séparé alors qu’avant elles restaient sous la tutelle de leur mari.

1968 : sexualité comme droit à l’épanouissement. La sexualité devient un droit et non plus une possibilité avec l’idée que c’est en lien avec une dynamique personnelle. Les années 68 créent l’idée de la primauté de l’individu par rapport au couple et le développement personnel.
Le couple est maintenant une concetion que font les individus plutôt que leur point d’intérêt.

27 juillet 1982 : L’assemblée générale vote la dépénalisation de l’homosexualité, avant c’était un délit.
L’homosexualité n’est retirée de la liste des pathologies mentales de l’OMS qu’en 1991

 

Bras de fer de Sara Hasard, sur Flickr

Le 2ème pilier des couples contemporain est la question de l’égalité et surtout la manière avec laquelle égalité est confondue avec identité.
Les hommes et les femmes ne sont pas identiques, pourtant la société moderne et les féministes voudraient faire croire qu’ils le sont, ce qui entraine de grandes incompréhensions et de grandes tensions dans les couples.
En thérapie de couples il y a en général un grand travail à faire au niveau de l’altérité 4. On apprend aux gens à mieux se séparer pour mieux être ensemble.

Cette question d’égalité pose aussi la question des rapport de force ce qui ne veut pas dire que le rapport de force empêche l’équilibre.

Le couple

Dans les modèles sociétaire jusque dans les années 70 les rôles étaient très séparés et très sexués alors qu’aujourd’hui on est dans un mélange des rôles très important.
Notre société contemporaine à démodélisé les couples ce qui fait que chacun doit se débrouiller pour construire son propre modèle ce qui peut être très complexe pour qu’un qui a des difficultés de construction de sa propre personnalité.
On est dans une société où on a pas les repères pour construire quelque chose. Par exemple les parents doivent gérer pour leurs enfant Internet alors qu’eux même se sont construit sans internet ce qui est compliqué.

Aucun couple n’est en conflit avec leur interprétation de Nietche 5, en revanche ils sont souvent en conflit avec leur manière de passer l’aspirateur.
On va voir un certains nombre de couple ou le point d’appel est un détail infime mais qui signe le fait qu’il ou ele ne se sent pas entendu / reconnu.
On ne travaille pas sur la manière de passer l’aspirateur mais sur le vécu et sur le pourquoi cette histoire d’aspirateur est important pour eux.

Le mariage (la vie commune) est basé sur un couple amoureux dont le développement de l’enfant est au centre.
Beaucoup de couples vont se centrer sur l’enfant avec comme conséquence la « crise du nid vide » qui est une crise relationnelle en rapport avec le départ des enfants alors que leur couple s’était régulé autour de l’éducation de l’enfant, à laquelle s’ajoute en général la crise du milieu de vie (crise de la cinquantaine) qui est une crise identitaire individuelle.
Une grosse interrogation actuellement est la baisse de la fertilité. Les spermogrammes ont chuté de manière importante. Certains anthropologues posent la question de l’autorégulation de l’espèce dans un contexte de surpopulation mondiale.

Le mariage, la vie commune, le couple sont sensés reposer sur des bases égalitaires avec en plus depuis la fin des années 60 la notion qu’il se doit d’être porteur d’un développement personnel dans une sexualité épanouie.
Depuis quelques années il y a une augmentation exponentielle du nombre de séparations des plus de 60 ans (le nombre double chaque année) avec apparition de « jeunes couples de vieux » et leurs problématiques spécifiques.

Dans les familles monoparentales le problème du couple est différent mais les éléments de crise sont les mêmes.

Au XIXe siècle la durée moyenne d’une vie de couple était de 15 ans et le nombre moyen de couples par personne était de 3. Ceci s’explique par le fait que les femmes mourraient jeune en couche et les enfants étaient élevés par la marâtre. Un enfant à l’époque devait s’adapter à 3 ou 4 parents

Au XXe siècle la durée moyenne était également de 15 ans et le nombre de couple 3 également avec comme différence le fait que c’était lié aux divorces. Les couples recomposés ne sont donc pas nouveau. En revanche au XIXe siècle les femmes indépendantes étaient très mal vues donc les femmes retrouvaient immédiatement un mari.

Actuellement un couple sur deux se sépare et 50% de la population des grandes villes vit seul.

 

COMMENT SE CHOISISSENT LES COUPLES ?

Publicité

 

John Gottman est le pape des couples mondiaux. Il a fait une échelle validée de probabilité de séparation des couples à 4 ans. Dans les 1ères minutes d’une consultation de couple il sait déjà ce qu’il se passe dans le couple 6.

Qui se ressemble s’assemble

Il y a des tas d’étude qui vont montrer que la ressemblance se retrouve pour :

  • La taille
  • La personnalité
  • L’intelligence
  • Le niveau d’éducation
  • L’anxiété, la dépression
  • Taux de cholestérol, la pression sanguine
  • Et ce même au début de la relation = accouplement assortatif (disassortatif)
  • Seul paramètre évoluant : le poids

L’attraction sexuelle génétique

Des études faites sur des jumeaux sépares parement d’un véritable coup de foudre dans 50% des cas.
A l’opposé on a les études faites sur les enfants des kibboutz 7, qui sont des enfants élevés ensemble et qui ont un taux de nuptialité très bas.
L’étude sur les odeurs mises sur des t-shirts 8 : certaines femmes sont attirées par certains types d’hommes uniquement grace à leur odeur, mais quand l’odeur est celle de quelqu’un de la famille il y a une forme de répulsion.

La collusion

Jürg WILLI est un psychiatre suisse qui a fait des travaux autour des mécanismes de collusion qui peut se résumer par la phrase : « l’opposé des semblables s’attirent« . En gros, les gens vont avoir tendance à se rencontrer sur une même faille qui peut se polariser sur 2 axes :

  • Un côté progressif : Par exemple le narcissique progressif à besoin de l’admiration de l’autre pour corriger sa faille personnelle « je peux avoir cette grande valeur puisque tu m’admire aussi passionnément » (il a besoin de l’admiration de l’autre pour corriger sa faille personnelle)
  • Un côté régressif : « je peux t’admirer passionnément puisque tu as une telle valeur »

Les couples s’équilibrent sur ce genre de failles lorsque leurs failles sont interchangeables. Mais ça ne fonctionne pas si les 2 protagonistes restent centrés sur leur même faille.

La double logique sociale

Soit on choisi vraiment un partenaire qui correspond à sa logique sociale, soit on est attiré par l’opposé de sa logique sociale

Homogamie sociale

  • Se base sur la reproduction de l’ordre social
  • « La foudre ne tombe pas n’importe ou, elle frappe avec prédilection la première diagonale (Bozon, Heran)« 
  • Les instits se marient avec les instits, les médecins avec les médecins…

Hétérogamie de sexe

  • Se base sur mise en scène de la supériorité de l’homme sur la femme (écart d’âge, taille…)

Le brassage des gènes

HLA et choix du partenaire

CF l’expérience des T-shirts…

Choix des femmes

  • Basé sur des critères sociaux
  • Niveau de revenus, l’ambition et l’aptitude au travail
  • Gentillesse

Choix des hommes

  • Basé sur le physique
  • «l’idéal proportion » comme indice de fécondité rapport de 0,7 entre la taille et les hanches

Effet des phéromones

  • L’effet Lee-Boot : Lorsqu’un groupe de souris femelles vivent ensemble, leur cycle ovarien se ralentit et s’arrête 9.
  • L’effet McClintock : Les nones dans les couvents ont une synchronisation de leurs règles 10.
  • L’effet Whitten : Si ces souris femelles sont ensuite exposées à un mâle adulte (ou à l’odeur de son urine), l’ovulation redémarre et les cycles se synchronisent. Une telle synchronisation menstruelle a également été observée chez des femmes vivant ensemble 11.
  • L’effet Vandenberg : La présence d’un mâle adulte sans lien de parenté entraîne une accélération de la puberté chez les rats femelles. Ceci a également été rapporté pour le cas de femmes vivant en présence d’un beau-père 12.
  • L’effet Bruce : Lorsqu’une souris enceinte partage sa cage avec un mâle qui n’est pas le père, elle risque fort d’avorter. Elle redevient alors rapidement fécondable 13.

Le flehmen

Notre espèce à comme spécificité la disparition de l’organe vomeronasal.
Les espèces qui ont cet organe mettent la tête en arrière et envoient de l’air dans leur fosses nasales afin de détecter la présence des femelles.
D’où l’expression « je ne peux pas le sentir« .

Les éléments contextuels

  • Le choc amoureux (CF le livre de Francesco Alberoni 14 qui explique le lien entre processus amoureux et processus révolutionnaire avec le fait que toute rencontre amoureuse est une rencontre dépressive)
  • Les pressions sociales et familiales
  • La peur de la solitude
  • L’horloge biologique qui prend également un e place importante dans notre société contemporaine où l’on va se marier de plus en plus tard

Laisser un commentaire