Cancer du sein non génétique : L’ablation des 2 seins n’aurait pas d’intérêt

Publié le 3 septembre 2014 dans la catégorie Actualités

Dossiers : ,
Publicité

 

Source : Le Monde

 

D’après une étude américaine qui vient de paraître dans le JAMA et qui porte sur 190.000 femmes californiennes soufrant d’un cancer du sein entre 1998 et 2011, les femmes qui ont opté pour une double mastectomie ont survécu aussi longtemps que celles ayant choisi l’ablation de la tumeur suivi d’une radiothérapie.

Le journal Le Monde note que « cette recherche, qui a porté sur près de 190.000 femmes en Californie souffrant d’un cancer du sein entre 1998 et 2011, est la première qui compare directement le taux de survie après les trois principales interventions chirurgicales employées pour traiter cette maladie ».
« Il s’agit de la double mastectomie, de la simple mastectomie où seul le sein affecté est enlevé et de l’ablation des tissus cancéreux suivie d’une radiothérapie. Les auteurs ont cherché à comprendre pourquoi un nombre grandissant de femmes choisissait de se faire enlever les deux seins, même si un seul était affecté
 », relève le quotidien.


Le Monde indique ainsi que selon ce travail, « en 2011, 12% des patientes (contre 2% en 1998) présentant une tumeur mammaire cancéreuse dans un sein ont choisi de subir une double mastectomie, même si l’efficacité d’une telle procédure pour empêcher l’apparition d’une autre tumeur était incertaine ».


Le Dr Allison Kurian, professeur de médecine à l’Université de Stanford et coauteur de l’étude, souligne : « Nous pouvons désormais dire qu’une patiente souffrant d’un cancer à un sein et subissant une double mastectomie n’aura pas de meilleure chance de survie que celle à qui on a enlevé la tumeur et qui a été traitée par radiothérapie ».


Le journal précise que « sur les 189.734 femmes ayant participé à l’étude, 55% ont eu une ablation de la tumeur suivie d’une radiothérapie, 38,8% une simple mastectomie et 6,2% une double mastectomie ».


Le quotidien observe enfin que « la double mastectomie fait l’objet d’une plus grande attention depuis que l’actrice américaine Angelina Jolie a annoncé en 2013, à 37 ans, qu’elle y avait eu recours à titre préventif pour réduire ses risques de cancer du sein ».


Le Monde rappelle que « l’actrice est porteuse d’une mutation du gène BRCA1 qui augmente – tout comme une mutation du BRCA2 – la probabilité d’apparition de ce cancer de 85%. Avec cette double mastectomie, ce risque tombe à 5% ».
« Les auteurs de cette dernière recherche soulignent toutefois que les femmes présentant ces mutations génétiques ou ayant des antécédents familiaux peuvent envisager une double mastectomie pour réduire le risque »,
note le journal.

En effet, une autre étude à déjà démontré que dans le cas particulier du cancer héréditaire du sein avec mutation du gène BRCA, l’ablation préventive des 2 seins augmentait les chances de survie.