Andropause : La baisse de la libido pourrait entrainer la diminution de testostérone et non l’inverse

Publié le 29 août 2015 dans la catégorie Actualités

Dossiers : ,
Publicité

Source : Santé blog

Une étude australienne 1, présentée à ENDO 2015, la réunion annuelle de l’Endocrine Society (San Diego) en mars 2015 suggère que ce serait l’activité sexuelle qui serait responsable des taux sériques de testostérone. Elle constate que, chez les hommes âgés, c’est plutôt la réduction de l’activité sexuelle et du désir qui vont entraîner une diminution du taux de testostérone sérique, et non le contraire.

Les chercheurs constatent qu’une concentration sérique de testostérone en baisse est associée à une diminution significative du désir et de l’activité sexuels chez les hommes plus âgés. L’auteur principal, le Dr Benjumin Hsu, chercheur à l’Université de Sydney, rappelle que le fait que la diminution de la fonction sexuelle soit une cause ou un effet de niveaux d’androgènes réduits ou que d’autres facteurs liés à l’âge puissent être impliqués, reste encore mal compris. Ici, son équipe suggère plutôt une relation, la diminution de l’activité sexuelle pouvant entrainer un faible niveau de testostérone circulante. 

Pour explorer cette relation entre la baisse des hormones et la diminution de la fonction sexuelle, l’équipe a documenté la sexualité de 1.367 hommes, âgés de 70 ans et plus, participant à la cohorte Concord Health and Ageing in Men Project (CHAMP), au départ de l’étude et 2 années plus tard. Au cours de ces 2 évaluations, ont été documentés, la fonction et l’activité sexuelles, le nombre et la durée des érections lors de chaque relation, la fréquence de l’activité sexuelle, la libido…et la perception de l’évolution de ces variables au cours des années précédentes. Ont également été mesurés le taux sérique de testostérone, de dihydrotestostérone (DHT), d’estradiol (E2), et d’estrone (E1) par chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse en tandem. Enfin, par test immunologique, les chercheurs ont également effectué le dosage de la sex hormone binding globulin (SHBG), de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH).

L’analyse constate que,

  • Si sur les 2 visites réparties sur 2 ans, les niveaux de la testostérone sérique de base, DHT, E2 et E1 ne prédisent aucunement une baisse de l’activité sexuelle, du désir sexuel et de la fonction érectile,
  • en revanche, la baisse sur 2 ans de la testostérone (mais pas en DHT, E2 ou E1) est fortement associée à une baisse d’activité sexuelle et de désir, sans être associée à la dysfonction érectile.

Les niveaux de testostérone n’ayant pas été identifiés comme en relation avec le niveau de fonction sexuelle, l’étude suggère qu’un évolution de type baisse de libido et réduction de la fonction sexuelle peut être un facteur de baisse de la testostérone. 

Notes:

  1. The Endocrine Society. « Decreased sexual activity, desire may lead to decline in serum testosterone in older men. » ScienceDaily. www.sciencedaily.com/releases/2015/03/150308091408.htm (accessed August 29, 2015).