Allergie au sperme : une désensibilation possible pour les femmes souhaitant enfanter

Publié le 2 janvier 2015 dans la catégorie Actualités

Dossiers : , , ,
Publicité

Source : Journal International de Médecine 

L’allergie au sperme est rare. L’utilisation de préservatifs permet l’éviction du contact avec l’allergène mais lorsqu’un désir de grossesse se manifeste, les choses se compliquent…

Une désensibilisation semble possible chez certaines femmes comme le confirme une observation récemment publiée par une équipe de Corée du Sud 1. Il s’agit du cas d’une femme atopique (rhinite et asthme) de 32 ans qui présentait des symptômes de plus en plus sévères quelques minutes après les rapports sexuels avec son mari. Le couple était marié depuis 5 ans et avait utilisé des préservatifs pendant les 2 premières années comme moyen de contraception. Les 3 années suivantes, en l’absence de contraception, des symptômes légers à type de prurit vaginal se sont manifestés puis se sont aggravés avec apparition d’urticaire généralisée, d’œdème, de vomissements, diarrhées, dyspnée et choc.

On ne notait aucun autre facteur déclenchant en particulier médicamenteux.

La patiente ayant un désir de grossesse, une insémination artificielle a été tentée à l’hôpital : une réaction systémique est survenue quelques minutes après l’insémination avec du sperme lavé. Le bilan allergologique a consisté en la pratique de prick-tests cutanés avec 55 aéroallergènes communs. Seul les phanères de chien ont provoqué une réaction positive. Les IgE spécifiques étaient à 15 kUA/L pour le chien.

L’allergie au chien était confirmée par l’interrogatoire.
Un test à la métacholine a objectivé l’hyperréactivité bronchique (PC20 7,68 mg/mL).
Des prick-tests cutanés ont ensuite été réalisés avec des dilutions du liquide séminal du mari et ont été positifs aux dilutions de 1/100 et 1/10.
Le taux d’IgE spécifiques du liquide séminal était de 62,5 ng/mL.
Des anticorps spécifiques ont été mis en évidence à la fois vis-à-vis du liquide séminal du mari mais aussi de volontaires sains.
L’immunoblot a révélé des bandes de 12, 15, 18, 34 et 62 kDa.
Une désensibilisation intravaginale a été tentée en déposant 1 ml de 10-5 vol/vol de sperme dilué avec une augmentation de 10 fois la dose toutes les 45 minutes. Aucune réaction allergique n’est survenue pendant ni après la désensibilisation.

Un intervalle de 2 à 3 jours pendant 1 mois a été conseillé pour la pratique des rapports sexuels pour maintenir la tolérance. Une grossesse est survenue spontanément. La désensibilisation pourrait être la première mesure à adopter en cas de désir de grossesse chez une femme allergique au liquide séminal.

Dr Geneviève Démonet

Notes:

  1. Sohn SW et coll : Successful Intravaginal Desensitization in a Woman With Seminal Plasma Anaphylaxis After Artificial Insemination Failure. J Investig Allergol Clin Immunol 2014; 24: 276-277.