1 femme sur 5 consulte son smartphone au lit

Publié le 27 mai 2013 dans la catégorie Actualités

Dossiers : , , ,
Publicité

D’après une enquête réalisée par aufeminin.com en partenariat avec Ebay, 1 Européenne sur 5 consulte son smartphone lorsqu’elle fait l’amour. Elle révèle aussi la forte dépendance des femmes à leur téléphone.

1 Européenne sur 5 utilise son smartphone lorsqu’elle a des rapports sexuels. Un chiffre étonnant révélé par une enquête d’aufeminin.com et Ebay, réalisée sur 3000 répondantes dans 7 pays. Dans ce registre, ce sont les Italiennes qui semblent être les plus accros puisqu’elles sont 29% à l’utiliser lors de leurs ébats sexuels, contre 6% des Allemandes. Nul ne sait si l’on doit en tirer des conclusions sur les performances respectives de leurs amants, ou si au contraire, le smartphone peut s’inviter au lit pour offrir une session coquine filmée, ou encore permettre à la femme de checker sa date d’ovulation.

1 Espagnole sur 5 ne peut pas se passer plus de 5 minutes de son téléphone

Mais le lit n’est pas le seul lieu où le smartphone s’invite. Lors d’un rendez-vous amoureux, 48% des Européennes consultent leur téléphone, et 47% l’utilisent quand elles sont au volant. La relation que les Européennes entretiennent avec leur smartphone est donc très étroite, et 43% d’entre elles reconnaissent ne pas pouvoir passer plus d’une heure sans le consulter. Elles ne sont que 7% à estimer pouvoir l’oublier toute une journée. Là encore, les méditerranéennes s’illustrent en confessant pour un cinquième d’entre elles ne pas pouvoir passer plus de 5 minutes sans regarder leur téléphone.

Les Belges sont les plus dépendantes en Europe

​Pour autant, si l’on regarde le classement des Européennes en termes de dépendance « reconnue », les Espagnoles ne sont pas en tête. En haut du podium, on retrouve les Belges (72%), les Françaises (67%), les Anglaises (64%), les Italiennes (53%), les Allemandes (45%), les Espagnoles (42%) et enfin les Polonaises (24%).

Une dépendance nocive pour notre vie sociale ?

Les Européennes utilisent leur smartphone en tant qu’objet social, afin notamment de rester en contact avec les gens qui comptent pour elles (91%), quitte à le consulter lors d’un dîner entre amis (74%). Mais Jean-Charles Nayebi, psychologue clinicien et psychothérapeute spécialiste des nouvelles technologies, explique que la dimension sociale du smartphone dépend bien de l’usage que l’on en fait. « Si par social on entend mise en commun de l’information verbale, ces objets constituent la quintessence de ce que l’objet social peut être. Mais si par social on entend le partage verbal et non verbal, affectif et situationnel, et surtout la présence d’un acte social comme prendre un verre avec une amie, les choses changent. Le caractère chronophage des activités numériques, le dédouanement qui consiste à dire que je ne partage plus un dîner par an avec un ami du lycée parce que je lui ai envoyé un tweet il y a deux jours, feront penser que ces objets sont potentiellement désocialisants. Les exemples de solitudes intenses chez les personnes qui comptent 500 amis Facebook existent et ne relèvent pas de caricature. » Allô, allô !

Source : http://www.aufeminin.com/societe/sexualite-1-femme-sur-5-consulte-son-smartphone-au-lit-s49172.html